En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La bière de Grasse a un parfum de bio

Jérôme voulait juste se faire plaisir, maintenant toute la région s'abreuve de sa bière.

Ecrit par Alexandre Broutart Publié le 17 janv. 2017

La bière de Grasse a un parfum de bio

Après avoir été jazzman à Paris, Jérôme s'est réfugié dans les hauteurs d'une colline du Sud la France, à Grasse, pour fabriquer sa propre bière bio. Si aujourd'hui la première bière bio artisanale de la région fait un tabac, l'artiste refuse de troquer ses deux cuves pour passer à une plus grosse installation, soucieux avant tout de ce qu'il appelle "son équilibre"... Portrait d'un homme heureux.

Le bonheur est une affaire de juste milieu, comme pour le subtile mélange d'amertume et de rondeur d'une bière rousse, et comme pour tout en fait, selon Jérôme. Loin des frasques et du tourisme de Cannes qu'il toise du haut de sa colline, le maître brasseur se réjouit de sa petite production, à taille humaine. Familiale même, puisque son "labo" se trouve à quelques pas à peine de sa maison, où il coule de paisibles jours avec sa femme et ses deux filles.

Elle vient de là, elle vient du blues

À Paris, quelques années auparavant, c'était la fièvre des concerts dans les caves de jazz, celle du flamenco aussi, dont il s'éprend rapidement. Après quelques mois au sud de l'Espagne, en Andalousie, pour perfectionner son art, Jérôme aspire a une vie plus proche de la terre. Un beau jour, guidé par l'amour, le mélomane fait un premier pas hors des villes, avec quelques chèvres et un petit lopin de terre, il se réfugie dans dans une campagne perdue d'Auvergne, dans le lieu-dit de "l'Ancien Billard", non localisable sur Internet, c'est dire...

Là, en plus d'être le prof d'informatique adulé par tous les retraités du coin, Jérôme fait du troc avec son lait de chèvre et commence à fabriquer sa bière, juste pour le fun. Il nourrit même ses chèvres aux drêches de bière, les résidus du brassage de céréales... Les essais sont de plus en plus concluants : c'est déjà, à l'état embryonnaire, ce fameux élixir que Jérôme nommera "BadaB" (Bière Artisanale De l'Ancien Billard).

Jérôme, créateur de la bière BadaB nous présente sa micro-brasserie en live :

L'obstiné

Pourtant ce n'est pas dans le domaine du Billard en Bourgogne mais bien à Grasse dans les Alpes-Maritimes, que la BadaB a élu domicile, et cette-fois Jérôme semble bien implanté :

Il y a plus de demande que d'offre. Parfois en période de fêtes ou en plein été, il faut réserver les bières à l'avance

... explique-t-il très simplement, sans pour autant se laisser gagner par la folie des grandeurs.

Beaucoup de gens me disent que j'ai tort de m'obstiner à ne pas vouloir grossir, employer des salariés, doubler ou tripler ma production et gagner plus. Mais ce n'est pas ma philosophie, et ce n'est pas non plus à mon sens la philosophie d'une brasserie artisanale biologique, qui n'a justement pas vocation à imiter les grosses industries. Je n'ai pas besoin de gagner beaucoup d'argent pour être heureux, et puis, comment pourrais-je en parler de ma bière, si je confiais sa préparation à d'autres ?

Les secrets d'un sorcier du bio...

Tout en écoutant du Coltrane ou du Miles Davis, le maître brasseur fait ses différents mélanges, et nomme ses bières sous le coup de son inspiration musico-gustative : la Clarinette (la plus légère), la Contrebasse, la Theolonius (en référence au jazzman Theolonius Monk)...

Mais attention : pas de sucre ajoutés importés du Brésil dans les bières BadaB. Et pour cette bière artisanale, la conception du bio pousse le naturel jusque dans ses plus extrêmes retranchements : Jérôme est l'un des rares à n'utiliser que du malt d'origine française, quand la mode est à l'importation des produits américains pour leur originalité gustative... mais probablement aussi plein d'OGM. Plus rare encore :

J'ai trouvé une technique pour ne pas ajouter de sucre : je fais refermenter ma bière en bouteille et surtout je fais mon propre levain ! C'est plus de boulot et c'est un peu acrobatique, mais c'est super excitant et c'est un challenge technique.

Du haut de ses trente-deux ans, avec ses cuves, sa famille et sa guitare flamenco, Jérôme semble être un homme accompli, et montre avec émotion sa dernière lubie :  faire pousser son propre champ de houblon bio ! Serait-ce donc cela, le secret du bonheur ?

Source image : Alexandre Broutart - Hello Demain

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Idées saugrenues

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe