En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Liter of Light : quand la lumière prend de la bouteille

Des bouteilles en plastique plantées dans le toit... Pas encore tendance mais bien utile.

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 8 nov. 2016

Liter of Light : quand la lumière prend de la bouteille

On vit dans un monde qui n’a pas la lumière à tous les étages. Peu importe la manière dont vous l’interprétez, vous aurez raison. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, ce sont les 1,5 milliards d’êtres humains qui séjournent dans des régions où l’électricité est aussi rare qu’un rayon de soleil à Paris #gratuit. Mais la lumière pourrait venir de bouteilles en plastiques. L’ONG Liter of Light propose aux villages de l’ombre d’incruster des bouteilles dans leurs toits. Objectif : refléter la lum

Le monde de demain sourira aux audacieux. Et de l’audace, il en fallait un beau petit paquet pour inventer la trouvaille qu’on vous présente aujourd’hui. Tout part d’un constat aussi révoltant qu’affligeant : sur les 7 milliards d’humains que compte la Terre, 1,5 milliard vivent dans des régions privées d’électricité. Bienvenue en 2016... Et encore, lorsque tout va bien car, en cas de catastrophes naturelles - un peu trop dans l’air du temps en ce moment d’ailleurs -, ce chiffre s’envole comme ce fut le cas récemment après le passage de l’ouragan Matthew qui plongea Haïti dans des jours sombres.

Apporter la lumière au monde entier. Tel est l’objectif ambitieux de l’ONG Liter of Light qui, par le biais d’un projet open-source éponyme, espère régler une inégalité qui ne devrait plus exister depuis des lustres. L’idée : fabriquer des lampes à partir de bouteilles en plastique. Un Do It Yourself ingénieux mais loin d’être compliqué qui pourrait tout changer. On vous explique le principe. 

La lumière à travers un cul de bouteille

Remplies d’eau et de javel (pour empêcher le développement d’algues), les bouteilles recyclées sont ensuite fixées dans les toits des maisons où elles peuvent ainsi refléter la lumière naturelle de l’extérieur vers l’intérieur. De la lumière sans électricité, on n’a jamais vu ça depuis l’invention du feu. Autant dire que ça fait un petit moment. 

On va dans un village et on dit ‘Qui veut de la lumière gratuite en journée ?’ Puis, on revient deux mois après et on propose aux locaux : ‘Vous voyez, tout l’argent que vous avez économisé en évitant d’utiliser de l’électricité, des bougies ou des lampes à kérosène ? Vous ne voudriez pas l’investir pour mettre à jour votre installation et avoir de la lumière durant la nuit ?‘ Illac Diaz, le fondateur de l’ONG, au magazine Mashable

Ok pour la lumière en plein jour. Mais comment on fait à la nuit tombée ? Pas de panique, Liter of Light a tout prévu et deux autres systèmes ont été développé : l'un permet, grâce à un circuit électronique et un panneau solaire, d'éclairer les habitations même la nuit, l'autre est adapté afin d'en faire un réverbère. Des produits à la fois respectueux de l'environnement, faciles à construire et installer et inoffensifs pour la santé. 

Une lumière à suivre

Une f****** bonne idée comme diraient nos copains Britons ! Mais la mission de l’ONG Liter of Light va encore plus loin. Sur le terrain, les émissaires de l’organisme s’affairent à former les communautés locales à la fabrication d’appareils alimentés à l’énergie solaire. Car l’objectif suprême est ailleurs : assister les populations dans le besoin afin qu’elles puissent, dans un futur proche, réussir à concevoir elles-mêmes ses moyens d’avoir la lumière à tous les étages. 

On leur donne des pièces disponibles localement pour fabriquer 10 lampes. Ils doivent les assembler de A à Z, jusqu’aux soudures de cuivre des circuits imprimés. De cette manière, ils apprennent, et, à long terme, ils savent fabriquer eux-mêmes ces lumières à énergie solaire à partir de matériaux et de savoir-faire locaux

Source image : © Liter of Light

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe