En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

L’Ivoirienne qui dénicha l’ampoule qui s’allume dans l’eau

Et si Cloclo n’avait été qu’un malheureux savant fou…?

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 27 déc. 2016

Antoine Lebrun

L’Ivoirienne qui dénicha l’ampoule qui s’allume dans l’eau

Certains sont éblouis par la lumière quand d’autres vivent dans la pénombre. De trop nombreuses zones du monde demeurent encore privée d’électricité. Pour changer les choses, une géniale Ivoirienne a déniché une ampoule capable de s’allumer au contact de l’eau. Et sans risque de finir comme Cloclo…

L’électricité en Afrique, ce vaste champ de bataille. Alors que l’Europe pullule de villes toutes plus lumineuses les unes que les autres, de nombreux pays d’Afrique survivent dans une pénombre aussi morbide qu’alarmante. Pour lutter contre ce scandaleux retard, une ivoirienne a vu sa matière grise s’éclairer d’une idée lumineuse pour changer la face de son continent. En Côte d’Ivoire, la quasi-moitié de la population (45 %) ne dispose pas d’éclairage dans leur logement. 

Diplômée de La Sorbonne, Delphine Oulaï, jeune femme de 24 ans originaire de la région du Tonkpi, dans l’ouest du pays, s’est mise en tête de trouver LA solution miracle. Après un travail de fond, elle a trouvé une ampoule capable de s’éclairer au contact de l’eau et d’emmagasiner suffisamment d’énergie pour fonctionner pendant toute une semaine. Equipée d’une pile hydro-électrique composée d’une tige de carbone et de poudre de magnésium, cette ampoule à diode électroluminescente dispose d’une longévité record de 6 ans. 

Cela prend toujours du temps de raccorder un village au réseau électrique. Je me suis donc dit qu’il fallait trouver une autre solution. En faisant quelques recherches sur Internet, j’ai découvert qu’il existait des ampoules s’allumant au contact de l’eau. J’en ai alors parlé à Daniel Oulaï, mon frère qui accompagne notre ONG. Il s’est procuré l’une de ces ampoules et nous l’a fournie Delphine Oulaï

Une ombre au tableau lumineux

Une trouvaille censée répondre aux besoins croissants des zones rurales et reculées. Difficile d’alimenter en électricité par le réseau traditionnel, ces zones sont bien souvent délaissées au profit des grandes villes. Et sans électricité, difficile d’enseigner à des enfants incapables de faire leur devoir dans le noir. 

Prochain objectif de Delphine Oulaï : faire accepter son projet à l’ensemble des zones rurales de Côte d’Ivoire. Pas une mince affaire puisque l’ampoule miracle nécessite d’être rechargée une fois par semaine pour que sa longévité soit assurée. Pas facile quand l’énergie fait défaut. Mais là encore, Delphine s’est creusée les méninges. Son idée : faire circuler une charrette équipée de panneaux photovoltaïques dans les villages. Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions. 

Source image : © Cité-Sciences / Vox

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Les génies du futur

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe