En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Quand les aéroports se font une place au solaire

Volez vers le soleil et il vous le rendra

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 13 oct. 2016

Antoine Lebrun

Quand les aéroports se font une place au solaire

Symbole à eux-seuls de la surconsommation énergétique, les aéroports ne sont pas vraiment des exemples à suivre. Sauf que la transition vers une énergie propre, et souvent solaire, est en marche. Les aéroports de Cochin, en Inde, et de George, en Afrique du Sud, sont les fiertés de leur continent respectif. Equipés de milliers de panneaux photovoltaïques, ces nids d’avions sont les deux seuls aéroports de la planète fonctionnant à l’énergie renouvelable. Un investissement qui n’a pas de prix.

Au rayon des établissements qui consomment le plus d’énergie, et donc polluent le plus, les aéroports tiennent très certainement les premiers rôles. Entre panneaux d’affichages, vitrines de magasins et tapis mécaniques, les nids d’avions envoient du lourd dans l’air. Mais au milieu de cette galaxie de pollution, quelques exceptions tentent de montrer l’exemple. En revanche, ne soyez pas trop optimistes : si on vous dit quelques, ça veut pas dire 150… Les aéroports propres se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main dépourvue de trois phalanges. A vos calculettes…

Cochin, tout sauf un cochon d’Inde

L’Inde, cette pionnière. Le 18 août dernier, la ville de Cochin, situé dans le sud du pays, inaugurait son aéroport international en grande pompe. Et pour cause puisqu’il s’agit du premier aéroport au monde fonctionnant exclusivement à l’énergie solaire. 

Au total, 46 150 panneaux photovoltaïques arborent les 18 hectares de surface du Cochin International Airport Limited (CIAL pour les intimes). Un déploiement massif qui promet d’économiser 300 000 tonnes d’émission de CO2 sur les 25 prochaines années. Ca équivaut à 3 millions d’arbres ou encore à une voiture roulant pendant 1,7 milliards de kilomètres (pensez bien à faire des pauses toutes les 2h hein). 

L’organisation est telle que l’aéroport se paie même le luxe de produire plus d’énergie qu’il n’en faut. Ce surplus devrait être revendu au fournisseur d’énergie de l’Etat dont l’aéroport dépend. 

Bien impliquée dans le développement de l’énergie propre, l’Inde compte déjà 4 gigawatts de capacité solaire. Des efforts notables que le gouvernement entend poursuivre dans cet immense pays où la densité nécessite une énergie folle. 



George, la classe à l’africaine

Après Cochin et l’Asie, un autre aéroport a su attirer les louages du monde. Tout en bas de l’Afrique du Sud, la ville de George compte 150 000 habitants. Pas une petite bourgade de campagne donc. Et encore moins depuis que la ville accueille la toute première infrastructure du continent africain à n’utiliser que l’énergie solaire. 

Avec 2 000 panneaux solaires, l’aéroport n’est absolument pas comparable à celui de Cochin mais il vaut le détour quand même. 750 kilowatts d’énergie y sont produits quotidiennement, soit 350 de plus que ce dont la structure a besoin.

Et comme en Inde, l’excédent d’électricité généré est répandu dans la région et aliment quelques 250 maisons. Construit en 1977, en plein apartheid, pour les membres privilégiés du gouvernement, l’aéroport de George accueillent désormais 700 000 passagers chaque année. 

Depuis le mois de septembre et l’installation des panneaux solaires (contre un million d’euros), le bâtiment a vu ses émissions de carbones chuter de 1 230 tonnes, soit environ 100 000 de fioul. Une économie qui se ressent aussi sur la facture d’électricité qui a diminué de 40 %.

S’il faudra un an pour rembourser l’investissement, la valeur environnementale du projet n’a pas de prix. Mieux encore, il ouvre le champ des possibilités. 

Si les panneaux solaires fonctionnent ici, dans une région où le climat est imprévisible, cela fonctionnera forcément dans n’importe quel aéroport du pays Marclen Stallenberg, responsable de la maintenance de l’aéroport

Aussitôt dit, aussitôt fait : les aéroports de Kimberley et Upington sont actuellement en transition vers l’énergie solaire pendant que trois autres aéroports régionaux prévoient d’en faire autant. Il suffisait de montrer la voie à suivre. 

Source image : © Huffpost / Inhabitat / AFP Photo / Ornatesolar / Timeslive / Destinyman

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier L'air part en fumée

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe