En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Un lave-linge à vie, vous en rêviez ? C'est pour demain !

Un jeune designer français s'attaque à l'obsolescence programmée de l’électroménager....Et ça marche !

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 1 mars 2016

Antoine Lebrun

Un lave-linge à vie, vous en rêviez ? C'est pour demain !

Tout jeune diplômé d'une école de création industrielle, Julien Phedyaeff s'est lancé un défi : mettre fin à l'obsolescence programmée des produits électroménagers de notre quotidien. Pour ce faire, il a crée "l'Increvable", un lave-linge garanti 50 ans ! Au diable la consommation, place à la révolution !

Le lave-linge débute son cycle dans un énorme brouhaha. Soudain, et sans raison apparente, plus un bruit. Le diagnostic est sans appel : réparer la pièce meurtrie coûterait un bras. Un membre que je ne suis pas prêt à donner. Le cimetière des machines accueille donc, quelques jours plus tard, un nouveau résident, âgé de seulement 6 ans... Ça m'est arrivé la semaine dernière et ça vous arrivera peut-être demain sur votre lave-linge, votre smartphone voire votre voiture. Échaudé par cette fâcheuse tendance, Julien Phedyaeff, 26 ans, a décidé de prendre le taureau par les cornes ! 


Etudiant à l'École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI-Les Ateliers), il présente, en 2014, un projet de fin d’études sur la "recherche large sur les pratiques de démontage des objets". Quelques mois plus tard, son idée prend vie et porte un nom sans équivoque à faire pâlir Hollywood : l'Increvable ! La formule est simple mais aucun d'entre nous ne l'avait imaginé : une machine à monter soi-même, démunie des pièces difficiles voire impossibles à remplacer et dont chaque composant peut être reconditionnée. L'objectif : dire adieu à l'obsolescence programmée dans l'électroménager ! Oui, le terme paraît un peu barbare... Il s'agit plus simplement de l'ensemble des techniques destinées à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement. Ça va mieux n'est-ce pas...


En kit pour les bricoleurs, monté pour les fainéants

"Démonter est le premier pas qui permet d’être acteur vis-à-vis des objets, de se les réapproprier, explique Julien Phedyaeff à Libération. Mais les clips en plastique sur les cuves des lave-linge, qui permettent un montage rapide sur les chaînes d’usines, les rendent quasi impossibles à démonter. Et donc à réparer. Du coup, personne ne le fait".


Largement accessibles et vissés entre eux (plutôt que fixés par d'indémontables clips comme sur les modèles actuels), les éléments constituant la machine sont livrés en kit (ou déjà montés pour les bricoleurs incompris que vous êtes), Has-been ? Même pas ! Le logiciel est connecté et peut être mis à jour, par exemple pour tenir compte de nouvelles normes d’économies d’énergie, et des clips vidéo sur internet expliquent comment le réparer en cas de panne.


Vieillot ? Toujours pas ! La machine est personnalisable, il suffit de changer la façade. Celle-ci est d’ailleurs pivotante, permettant ainsi de cacher le bac à lessive et les commandes. Quant au hublot, il peut être installé pour s’ouvrir à droite ou à gauche et se faire une place idéale dans votre majestueux 20m2 parisien. Tout un système que Julien Phedyaeff souhaite décliner sur les réfrigérateurs et autres téléphones portables



Incroyable ! Du calme, ça n'est pas encore fait...

Vous n'y croyez pas et c'est compréhensible. Vous vous demandez d'ailleurs où sont les failles... Eh bien justement, les voilà. Tout d'abord, la machine n'est encore qu'un prototype. "Il reste beaucoup à faire, notamment pour définir la mise au point technique, car je ne suis pas ingénieur, concède l'inventeur préféré des ménages. Par exemple, avoir un réservoir d’eau de 30 kilos pour lester la machine, c’est très bien, mais il faut trouver le moyen de garantir une étanchéité totale".

Autre hic : le financement. Si l'idée séduit de nombreux fidèles comme vous, l'Increvable ne pourra voir le jour sans investisseurs. Des investisseurs qui ne seront évidemment pas les géants de l'industrie qui s'empressent de trouver une parade au progrès. Le fondateur s'est d'ailleurs donné jusqu'à juillet prochain pour rassembler 100 000 euros afin de financer la recherche et le développement nécessaires au prototype fonctionnel de l'Increvable (pour participer au projet, c'est ici). Le reste de l'année sera consacré à la préparation d'une campagne Kickstarter, célèbre plateforme de financement participatif, prévue pour 2017.

"Un objet durable comme ma machine à laver vient perturber le système, il demande aussi un changement de la part des consommateurs", prévient également le jeune homme. L'une des autres conditions à la commercialisation de la machine "éternelle" demeure en effet dans la volonté des utilisateurs à mettre les mains dans le cambouis pour faire des économies. On vous avait prévenu : le lave-linge à vie, c'est pour deux mains.


► Pour suivre la folle épopée de l'Increvable, c'est par !



Vous avez encore du mal à imaginer l'Increvable malgré ce merveilleux article ? Pas de panique, tout y est condensé dans cette vidéo, de la livraison à l'utilisation en passant par le montage. Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !

Source image : ©withlovefromadelaide/Huffington Post

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe