En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Et si le caca des gens minces soignait l'obésité ?

Une étude "excrêmement" sérieuse menée au Canada

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 10 nov. 2016

Et si le caca des gens minces soignait l'obésité ?

Le terrorisme effraie le monde, Donald Trump est l’homme le plus important de la planète, Jean-Michel Maire est en garde-à-vue… STOP !!! Tout ne va pas si mal et, chez Hello Demain, on est bien décidé à vous le prouvez. Le Canada étudie actuellement un moyen miracle de lutter contre l’obésité. Le concept : se servir des déjections de personnes saines pour aider les patients obèses à maigrir. Ne riez pas, c’est très sérieux. C’est notre façon à nous de chasser les idées noires…

On dirait que le monde part en sucette, non ? Depuis hier matin et l’élection de Donald Trump à la présidence de la première puissance mondiale, l’heure est au désarroi et au scepticisme. Mais comme vous les savez, ces mots sont littéralement bannis du dictionnaire d’Hello Demain. Alors on a déniché une vraie bonne nouvelle histoire de détendre l’atmosphère. Préparez-vous, chers scatophiles que vous êtes peut-être (encore une fois, on n’est vraiment pas là pour juger hein), parce que ça va décoiffer ! 

via GIPHY

Vous l’avez sans doute vu : depuis les évènements d’hier, le site d’immigration Canada n’a pas su résister à la vague soudaine de demande d’asile. Après ce qu’on va vous expliquer, vous comprendrez mieux pourquoi les Américains rêvent tant de s’exiler chez leur voisin… Et Donald Trump n’a pas grand chose à voir là-dedans ! 

Ces derniers mois, le gouvernement canadien n’a pas hésité à balancer des ronds dans une très sérieuse étude visant à renforcer la lutte contre l’obésité. Tout est parti d’un postulat scientifiquement prouvé : face à un repas similaire, les gens maigres aspirent moins de nutriments que les gens plus costauds. Il n'en fallait pas plus pour lancer la machine...

Si vous, qui êtes maigre, et moi, qui ait un peu d’embonpoint, mangeons la même quantité de nourriture, vous allez aspirer moins de nutriments, et je vais en aspirer plus. La façon dont les bactéries transforment la nourriture va m’en faire aspirer plus ou moins Herbert Gaisano, docteur à l’université de Toronto

La fécalothérapie, c’est la vie !

A partir de là, les chercheurs canadiens se sont posés la question suivante : "et si le caca des personnes minces pouvait faire maigrir les personnes en surpoids ?" Aussi insolite soit-elle, l’interrogation en est vraiment une. Car on sait depuis peu, et de sources sûres, que les intestins ont une composition différente en fonction du poids de leur propriétaire. Par ailleurs, l’intérêt pour les fécalothérapies s’avère aujourd’hui grandissant. Hein ? 

La question vous brûle les lèvres : la fécalothérapie, c’est quoi encore ce truc ? La fécalothérapie, c’est un traitement médical administré à des patients souffrant de maladies intestinales trop fortes pour les antibiotiques. L’idée : restaurer l’écologie microbienne du côlon en y introduisant une flore saine prélevée dans les selles de donneurs au top de sa forme. Vous pourrez le placer dans votre prochain dîner d’affaire…ou pas.

Ca tombe bien, l’obésité est de plus en plus traitée comme une maladie à part entière. C’est précisément pourquoi les chercheurs amateurs de sirop d'érable ont décidé de se pencher sur les déjections des gens minces. Bien sûr qu'il y a une raison, vous ne pensiez tout de même pas que c’était par pur plaisir… 

Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mes selles

Bien aidée par les 1,5 millions de dollars débloqués par le gouvernement canadien, l’étude de Gaisano espère donc répondre à une grande interrogation : "transférer des bactéries intestinales issues d’une personne mince vers une personne obèse pourrait-il avoir une influence sur sa perte de poids ?" Les expériences ont déjà débuté sur souris et humains triés sur le volet. Pourquoi ça ? Parce que des récentes études ont prouvé que le cancer pouvait avoir un lien avec le type de bactérie contenu dans l’organisme. Et il ne s’agit évidemment pas de "guérir" l’obésité en transmettant le cancer.

Plein d’espoir quant aux résultats, le Dr Herbert Gaisano a d’ores et déjà pensé à la suite des évènements. Et la suite, c’est un médicament que les patients avaleraient sans scrupule (et avec appétit).

C’est dégoûtant oui, mais dans une cellule vous ne le sentirez même pas. On devrait dire aux gens qu’ils prennent un super-probiotique, ou des probiotiques de minceur, ou quelque chose de “biotique”. Alors ils se diront : ’c’est bon à savoir, je ne mange pas de la merde !’ C’est du marketing

Malin le Doc’ ! En revanche, on dirait qu’il monte un peu trop vite en besogne notre Herbert. Peut-être a-t-il été échaudé par les déclarations d’un autre Herbert, Léonard de son nom

"Pour le plaisir 
S´offrir ce qui n´a pas de prix 
Un peu de rêve à notre vie 
Et faire plaisir 
Pour le plaisir"

On revient vite vers vous lorsque les expériences auront rendu leur verdict. D’ici là, essayez de vous mettre au régime…avant qu’il ne soit trop tard. On vous aura prévenu !

Source image : © La Boîte Verte / Paleo Foundation / Planète Santé / Imgur

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les génies du futur

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe