En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Quand le prépuce repousse comme une queue de salamandre

Vos parents vous ont circoncis sans votre accord : ils méritent des calottes !

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 27 mai 2016

Quand le prépuce repousse comme une queue de salamandre

La circoncision, abus de pouvoir des parents ? A l’âge adulte, plusieurs hommes circoncis regrettent d’avoir perdu leur prépuce sans avoir pu exercer leur droit de veto. Foregen, une société américaine, estime pouvoir faire repousser cette partie du sexe « comme une queue de salamandre ». On tient le bon bout.

Désolé mesdames, cet article sera un peu excluant mais on se devait d’en parler. Comme vous le savez sans doute tous, de nombreux enfants sont, pour des raisons religieuses ou hygiéniques, circoncis dès leur entrée dans le berceau. Le terme vous fait sourire mais vous ne saisissez pas totalement son sens ? Je ne vous en veux pas, je serai bref et concis... La circoncision, c’est quand on coupe une partie, ou la totalité, du prépuce, laissant ainsi le gland constamment à découvert (on ne parle pas d’argent, hein). Cette décision tyrannique prise par les parents n’accorde que peu d’importance à l’avis du nourrisson. Une fois devenus grands et forts, certains d’entre eux regrettent amèrement cette intervention. Et se lance dans une croisade pour récupérer leur bien


Un seul être vous manque…

C’est scientifiquement prouvé : la circoncision diminue les risques de MST et de cancer du pénis en plus d’être plus hygiénique. Mais tout n’est pas rose pour les hommes meurtris. Dépourvus de prépuce, ces messieurs se plaignent bien souvent d’un plaisir sexuel diminué. Et ça, ça ne passe pas ! Pour rendre à César ce qu’il veut récupérer, Foregen, une organisation scientifique américaine à but non-lucratif, prétend pouvoir faire repousser les prépuces "comme des queues de salamandres ». Votre asticot ne manque pas de ressource. 


Dans les faits, Foregen s’est concentrée sur la médecine régénérative. Après avoir observé les queues des salamandres repousser et les foetus générer de nouvelles phalanges en cas de malformation, les scientifiques, dont les laboratoires sont basés en Italie, ont décidé de creuser la question. Le principe se déroule en plusieurs étapes : décellulariser des organes pour s’en servir de moule, puis les recellulariser avec des cellules de circoncis. Une opération complexe. Pourtant, les experts ont déjà réussi à décellulariser des prépuces de taureaux et d’humains adultes. Bravo messieurs mais ça ne suffit pas encore. Rien n’indique que la reconstitution du système nerveux soit suffisante dans la zone traitée pour permettre aux hommes de retrouver le plaisir sexuel tant espéré. Si tel n’est pas le cas, l’opération se révélera alors d’une utilité réduite et les opérés passeront une nouvelle fois à côté de la partie fine de leur vie.

Les USA coupés du monde


Déjà fortement répandue chez nous, la circoncision l’est encore plus de l’autre côté de l’Atlantique. D’après l’OMS, sur les 660 millions d’hommes circoncis dans le monde, 115 millions sont américains. Une statistiques qui fait des USA le pays avec le plus grand nombre d’hommes circoncis, devant les pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Ca vous en bouche un coin hein ! Pourquoi une telle proportion ? Tout simplement parce qu’aux Etats-Unis, la circoncision est la norme et non pas une pratique religieuse comme dans les autres pays développés. Si la tendance diminue aux States (-10% sur les 35 dernières années), elle n’en demeure pas moins populaire : entre 50 et 60 % des nouveaux-nés y sont circoncis, contre 10 % en Europe et même 1,6 % au Danemark. Peut-être ont-ils peur d’attraper froid…

Source image : © Lia Kantrowitz

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Sexo demain

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe