En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

A Madrid, les toits des bus passent au feu vert

Vous n'aviez encore jamais vu de forêt roulante ? Ca c'était avant...

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 28 janv. 2017

A Madrid, les toits des bus passent au feu vert

Ecolo les bus ? A première vue pas du tout. Sauf qu’un paysagiste espagnol vient d’avoir la brillante idée d’exploiter les toits des bus madrilènes en les équipant de verdure. Et si on avait enfin retrouvé le fameux bus magique ?

La créativité espagnole a de beaux restes ! Après avoir constaté que les toits des bus circulant dans les rues de Madrid étaient une terre inexploitée, Marc Grañen, un artiste et paysagiste a eu une idée écologique novatrice : transformer les véhicules en jardin mobile. Autant il y a des inventions auxquelles on regrette de ne pas avoir pensé, autant celle-ci on n'aurait pas su la prédire.

Mais pour la rendre possible, encore fallait-il trouver une combinaison capable de s’intégrer parfaitement aux toits roulants. Alors notre artiste/paysagiste s’est épaulé de brillants ingénieurs pour créer un écosystème unique : un système d’irrigation étanche pour éviter les fuites à l’intérieur du bolide et des plantes résistantes au mouvement erratique du bus, histoire de résister aux accélérations, freinages et arrêts répétés du véhicule.

400 kg de CO2 en moins…chaque année !

Testée sur sa propre voiture, la création se révèle être une réussite. Alors la mairie de Madrid l’autorise à expérimenter son projet sur quelques 130 bus de la ville parmi lesquelles les lignes 27 et 34, les plus utilisées de la capitale espagnole. Une fois le test grandeur nature validé, l’idée devrait rapidement se répandre à l’ensemble du réseau. Au total, ça fait 1 900 bus équipés du système soit 20 000 m2 de toits végétalisés. Ce à quoi il conviendrait d’ajouter les abribus pour obtenir une sacrée surface exploitable.

Intitulé "Muevete en verde" ("Déplace-toi en vert"), le projet n’est évidemment pas qu’un délire esthétique. Grace à son idée, Marc Grañen rend heureux les insectes, grenouilles et lézards qui peuvent élire domicile dans ces îlots de verdure mouvants. Et ça n’est pas tout : 1 m2 de verdure peut absorber 20 kg de CO2 par an. Avec 20 000 m2 de jardins mobiles, c’est 400 tonnes de gaz carbonique qui seront absorbés annuellement. Et enfin, pour couronner le tout, l’artiste assure que sa toiture écolo a un impact positif sur la température du véhicule. En été, celle-ci baissera par exemple de 4°C. Une invention folle qui a un coût : 2 500 euros par bus équipé.

Source image : © 8e etage / Fastcompany

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les génies du futur

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe