En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Au Brésil, le bonheur est dans le supermarché

Quand un vent de campagne souffle sur la ville, le potager remplace les rayons

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 29 sept. 2016

Antoine Lebrun

Au Brésil, le bonheur est dans le supermarché

Pesticides à la pelle, transports interminables, qualités douteuses… Avant d’arriver aux rayons des supermarchés, la route des légumes est longue et sinueuse. Pour redonner confiance aux consommateurs tout en ajoutant un côté ludique à la manoeuvre, une chaine de supermarchés brésilienne a eu l’idée de remplacer son rayon légumes par…un potager. Ou quand l’écologie change la ville en campagne.

La ville rêve de campagne, la campagne rêve de le rester. Les yeux fermés et le corps léger, vous vous surprenez parfois à vous imaginer dans une vieille ferme rénovée entouré de volailles et de potagers. Vos journées ont alors deux objectifs suprêmes : nourrir vos bêtes et ramasser vos tomates rouges plus saines que jamais. Doucement canasson, dans votre 17m2 au fin fond du 94, vous en êtes terriblement loin. Et c’est un crève-coeur pour un amoureux de bonne bouffe comme vous. Peu importe, si vous n’allez pas à la campagne, c’est elle qui viendra à vous. Un point c’est tout. Petit(e) capricieu(se)x que vous êtes. 

Deux solutions s’offrent à vous : faire des kilomètres jusqu’au petit producteur local (et encore vivant) du patelin pas vraiment voisin…ou aller cueillir vos légumes au supermarché. Oui oui, on a bien dit cueillir ! Au Brésil, une chaîne de supermarchés a eu la brillante idée d’importer directement des potagers dans ses rayons. Dans l’un des magasins Zona Sul, à Rio, les clients se déplacent à la pelle pour ramasser les récoltes. 

Entre salades, choux, oignons nouveaux et même piments, il y en a vraiment pour tous les goûts. Un vrai bonheur saupoudré de d’écriteaux explicites : "Nous plantons ces légumes et en prenons soin. Vous n’avez plus qu’à les prendre" ou encore "Quand vous le servirez dans les assiettes à la maison, vous pourrez fièrement dire que vous l’avez vous-même cueilli." Se faire passer pour un paysan en ville tout en récoltant des louages… Quel panard ! 

Tout comme à la ferme (enfin presque)

Mais n’allez pas croire au miracle de la nature, les légumes ne sont évidemment pas cultivés sur place. Oui, ça fait mal mais c’est ainsi et Nicolás Romanó, membre de l’agence de publicité WMcCann à l’origine de la campagne, l’explique bien.

C’est le fruit d’un processus délicat. On ne pouvait pas les faire pousser sur place tout en étant sûrs qu’ils soient de très bonne qualité, donc nous avons mis en place une logistique qui permet de les transporter et des les proposer dans le magasin Nicolás Romanó, membre de l’agence de publicité WMcCann à l’origine de la campagne

Retenez bien le grand principe suivant : derrière chaque bonne action se cache un intérêt (bien souvent commercial). Bon, c’est pas toujours vrai et heureusement mais Zona Sul a parfaitement réussi son coup. En souhaitant répondre à la demande croissante d’alimentation saine et écolo, le supermarché a vu ses ventes de légumes bondir de 18 % depuis la mise en place du potager. Dans un pays estampillé "malbouffe" et "agriculture de masse" (coucou Monsanto !), l’initiative a tout bon.

Chou blanc pour le gaspillage

Oui, la bonne action a bien sûr une vocation mercantile, mais mettons-là de côté un moment si vous voulez bien. Car outre cet aspect, les produits en demeurent frais et bourrés de qualités nutritionnelles. Un point pour l’alimentation. L’écologie n’est pas en reste puisque les légumes ne pouvant pas être importés, ils ne parcourent que peu de kilomètres avant d’atterrir en magasins. Enfin et surtout, les légumes invendus restent en terre jusqu’à ce qu’un consommateur les choisisse. Joli pied de nez au gaspillage. 

Le Brésil n’est pas le seul pays où la grande distribution surfe sur la vague de l’agriculture. En Allemagne, le grossiste Metro a par exemple fait installer une serre verticale dans son entrepôt de Berlin. On vous en avait d’ailleurs parlé il y a quelques mois, au début de notre aventure. On était déjà vraiment forts hein…!?

Source image : © Creativity Online / Bioalaune / Youtube / Buzzfeed / Globalfarmernetwork

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe