En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Day by Day, l'épicerie sans emballage qui monte

Le vrac envahit la France et on en rugit de plaisir

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 14 sept. 2016

Antoine Lebrun

Day by Day, l'épicerie sans emballage qui monte

Nous sommes tous milliardaires de déchets. Mais cette fortune, personne n’en veut. Alors pour éviter cet enrichissement indésirable, une tendance se répand dans nos villes. Non, on ne parle pas de banques mais de boutiques de ventes en vrac. A Lyon, Day by Day propose toute sorte de produits sans emballage. A vos paniers !

"Tout ça pour ça ?" C’est exactement la réaction qu’on pourrait avoir devant un paquet de céréales, aussi volumineux à l’extérieur que vide à l’intérieur. Alors oui, ça fait gros de prime abord. Mais une fois ouvert, le paquet perd de sa virilité et affiche un minuscule sachet ne remplissant qu’une petite moitié du contenu cartonné. Et à ce moment précis, une question nous traverse forcément l’esprit : pourquoi mettre un gros emballage pour si peu de chose ? Une vraie bonne interrogation, surtout quand cet emballage abrite un autre emballage qui contient enfin le produit désiré. Résultat : On croule littéralement sous les déchets. 

Ce carnage a une solution et cette solution porte un nom : la vente en vrac. De plus en plus en vogue dans les grandes surfaces, la vente en vrac a gagné ses lettres de noblesse au fil des années. Une popularité grandissante qui attire forcément des ambitieux. Dans le 2è arrondissement de Lyon, une épicerie s’est spécialisée dans la vente de produits 100 % sans emballage. Alimentation mais aussi produits d’hygiène et d’entretien, Day by Day offre la possibilité de faire (quasiment) toutes ses courses sans s’encombrer de cartons inutiles (et en économisant de précieux euros).

Des bocaux pleins de 10 à 40% moins chers

Le concept est simple et ludique. Chacun vient avec ses bocaux et/ou boîtes en plastique (si vous les oubliez, la maison vous en confie !) et les remplit avec la quantité dont il a besoin. Le gaspillage, c'était avant. Farine, riz, pâtes, céréales, thé, épices, mais aussi lessive, produits ménagers, savons : tout ça au détail. Et le vrac a un argument de poids dans sa besace : le prix ! "Sur un produit de qualité équivalente, acheter en vrac peut revenir entre 10 et 40 % moins cher qu’acheter un produit préemballé", estime Célia Rennesson, directrice de l’association Réseau Vrac, pour Le Progrès

Un concept qui grandit de jour en jour avec déjà 19 boutiques ouvertes à travers la France. Et la franchise n'entend pas s'arrêter en si bon chemin : Day by Day devrait atteindre les 27 pas de portes d'ici la fin de l'année... et franchir la barre des 100 en 2018. Une invasion d'ampleur qui a débuté le 10 mai dernier à Lyon. 

Evelyne et Gilles Balaÿ, gérants du magasin, espèrent attirer une clientèle hétéroclite, de l’étudiant souhaitant réaliser une recette bien précise à la famille désireuse de changer ses habitudes de consommation. Car les bonnes affaires concernent tout le monde. Chez Day by Day, "on peut s’acheter à manger pour 4 jours pour moins de 6 euros", nous souligne Gilles Balaÿ, charmant hôte des lieux. La magie du vrac. Une attractivité tarifaire qui est arrivée jusqu’aux oreilles des professionnels de l’alimentation. "Certains chefs des restaurants alentours s’approvisionnent chez nous", se félicite même le gérant. 

Du vrac parfaitement ordonné

Pourquoi le vrac a-t-il le vent en poupe ? Pour la directrice du Réseau Vrac, plusieurs facteurs déclencheurs : "La crise économique et le besoin de rééquilibrer son budget". En d’autres termes, on est en rade de money et on essaie de n’acheter que ce dont on a réellement besoin. Avec le vrac, le jeune célibataire n'est plus contraint d’acheter la même dose de pâtes qu’un foyer de 6 personnes. 

Et l’écologie dans tout ça ? Pas de panique les biquets, l’experte ne l’oublie pas : "cela permet de moins jeter les emballages. Mais cela permet aussi de savoir d’où vient ce que l’on consomme. Et puis, ce mode d’achat favorise le lien social, notamment entre commerçant et client." Du tout bon. Alors permettez-moi de vous poser une ultime question un peu plus personnelle que les précédentes : qu’attendez-vous exactement ? 

Source image : © Antoine Lebrun

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Emporté par la foule

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe