En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La Chine veut réduire de moitié sa consommation de viande

Le gouvernement pas tendre avec les carnivores

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 18 juil. 2016

Antoine Lebrun

La Chine veut réduire de moitié sa consommation de viande

La Chine s’attaque à la bidoche. Pour lutter contre le réchauffement climatique, le gouvernement chinois a décidé d’agir. Une série de recommandations invite les habitants à réduire de moitié leur consommation de viande. Une mesure que les Chinois devraient avoir un mal de chien à tenir.

Début des soldes en Chine et on démarre fort avec déjà -50%. Le gouvernement a publié une série de recommandations encourageant ses habitants à limiter leur consommation de viande. L’objectif : réduire de 50% la quantité de viande dévorée pour lutter contre la surchauffe programmée de notre belle planète. Pour le ministère de la Santé chinois, le salut du monde passe par des efforts alimentaires drastiques. L’Etat souhaite inciter ses 1,3 milliard d’habitants à délaisser leurs 75 grammes de viande quotidienne contre 40 petits grammes (sachant qu’un simple Big Mac en contient 66 grammes de viandes…) Pas une mince affaire.

A la lecture de ces recommandations, les militants écologistes ont évidemment sauté de joie. Et il y a de quoi. Devenue l’une des premières puissances économiques mondiale, la Chine a vu sa consommation de viande flamber. De 13 kilos par personne par an dans les années 80, la quantité de barbaque engloutie est passée à 63 kilos par habitant en 2016. Si la consommation chinoise reste inférieure à celle des américains et australiens (qui en mangent deux fois plus !), le marché représente tout de même 28% de la viande mondiale. Pour la viande, les Chinois ne donnent pas leur part au chien. (Pardon…)

Pire que toutes les voitures du monde

Mais pourquoi un tel engouement autour de la consommation de viande ? Tout simplement parce que l’élevage industriel représente 14,5% des émissions néfastes qui étouffent notre planète. C’est plus que les gaz dégagés par l’ensemble des voiture de l’univers. Costaud. Entre les émissions de méthane (l’un des gaz à effet de serre les plus toxiques) des animaux de ferme et le carbone des engrais, l’air se meurt pour servir les estomacs carnivores. 

Heureusement, il est encore temps d’agir. C’est le réalisateur vedette James Cameron, à l’origine de la campagne de sensibilisation des Chinois, qui le dit : ”Réduire la demande d’aliments de provenance animale est essentiel si nous voulons limiter le réchauffement climatique à 2 degrés comme il a été décidé à la COP21.

Si la population chinoise se montre obéissante, les résultats ne se feront pas attendre : les émissions de CO2 provenant du bétail atteindront ainsi 1 milliard de tonnes d’ici 2013, bien moins que les 1,8 milliards prévisionnels. Dans le cas contraire en revanche, la pollution pourrait vite contaminer les réserves d’eau, déjà bien chargées en substances néfastes, explique un rapport de WildAid. Un Chinois dans un verre d’eau. 

Source image : © geographical.co.uk / nbcnews.com / businessinsider.com

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Emporté par la foule

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe



Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe