En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Social Bite, sandwichs et sans-abris

Qui aurait pensé qu’un sandwich pourrait un jour redonner foi en l’humanité

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 29 nov. 2016

Social Bite, sandwichs et sans-abris

Notre cerveau est une mine de complexité. Si je vous parle de sandwich, vous me parlez de malbouffe et de profits sur la graisse. Mais si je vous parle de Social Bite, la chaîne de sandwich écossais qui vient en aide aux sans-abris, qu’avez-vous à ajouter ? Chaque année, la société reverse 100 % de ses bénéfices à des oeuvres de bienfaisances. Et ça ne s’arrête pas là… Zoom sur la chaîne de sandwich la plus respectable du monde.

Malgré les cris de joie lâchés par votre estomac à leur simple vision, vous perdez peu à peu foi en la bonté des sandwichs. On ne parle pas de plaisir gustatif, on sait bien que vous vous délectez de chaque bouchées de pain garni. Il s’agit plutôt d’éthique et de moral en l’occurrence. Mais vous savez, il n’y a pas que MacDonald’s et Burger King dans la vie… En Ecosse, la chaîne de sandwichs Social Bite est sans doute la plus investie dans la cause humaine. "Quoi ? Une entreprise de malbouffe bienfaitrice de l’humanité ? Bah voyons…". Vos doutes nourrissent notre soif de vous donner tort. 

100 %. Ca n’est pas la teneur grasse et calorique de chaque repas de chez Social Bite. C’est plutôt le pourcentage de bénéfices reversés à des oeuvres de bienfaisance. Car avant de préparer des sandwichs, Social Bite est un réseau caritatif unique en son genre. Depuis sa création par Josh Littlejohn et Alice Thompson en 2012, la chaîne n’a qu’un seul objectif : venir en aide aux plus démunis en utilisant ses bénéfices pour faire barrière à la pauvreté. 

Sandwichs et sans-abris

Pour ce faire, le réseau a - en plus d’embaucher de nombreux sans-abris - créé un système de nourriture et de café "suspendus". Un concept permettant aux clients de payer un sandwich ou un café à l‘avance afin qu’un SDF puisse le récupérer gratuitement ensuite. Une bonté qui fait écho à de nombreuses autres initiatives ponctuelles. 

L’an dernier, Josh Littlejohn s’était lancé un défi avant Noël : récolter suffisamment d’argent pour distribuer 800 repas gratos dans l’un de ses 5 restaurants (à Glasgow, Aberdeen et Edimbourg). Comment ? En invitant les internautes à déposer un don de 5 £ par coupon-repas. Et l’histoire est belle puisqu’au lieu des 800 coupons, Social Bite en a écoulé 20 000, soit 100 000 £ de donations destinées aux sans-abris. Message reçu. 

Forte de ce succès, la compagnie a décidé de réitérer l’opération cette année. Mais pas n’importe comment. En partenariat avec Leonardo DiCaprio, Social Bite a lancé une tombola dont le gros lot n’est autre qu’un dîner avec l’acteur (assorti d’un billet en première classe pour rejoindre la capitale en train, une nuit au prestigieux George Hotel, une bouteille de champagne ainsi qu’un bon d'achat chez le joaillier écossais ROX d'une valeur de 1000 £…). Prix unitaire du ticket : 5 £.A ce prix-là, on en connaît certaines qui vont vider leur PEL… 

Un pain dans les mains, un toit sur la tête

Et chez Social Bite, la générosité n’a aucune limite. Alors la chaîne a décidé d’aller encore plus loin dans sa démarche engagée. Dernière folie bienveillante : la construction de 10 maisonnettes, dans un quartier d’Edimbourg, destinées à loger une vingtaine de SDF pendant un an. D’ici l’été 2017, le Social Bite Village arborera plusieurs maisons inspirées par la NestHouse développée par Jonathan Avery Tiny House Scotland. A 40 000 € l’unité, celles-ci pourront ensuite être transportées pour être réutilisées à l’avenir. 

Le village Social Bite veut créer une solution à long terme aux problèmes des SDF, de l’habitat à l’emploi. Nous espérons pouvoir aider les personnes les plus vulnérables et leur permettre de quitter une vie de pauvreté et d’exclusion en leur offrant notre soutien et un accueil compréhensif Josh Littlejohn, cofondateur de Social Bite

D’après les dernières estimations, le projet pourrait permettre à la ville d’Edimbourg une économie de 270 000 € par an équivalent au coût annuel de l’hébergement d’urgence des SDF. Sandwichs mais avec beaucoup de bonnes idées. 

Source image : Tiny House Scotland / Social Bite

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe