En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Quand le préservatif se met au vert

Le bonheur est dans le pré

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 7 mars 2016

Quand le préservatif se met au vert

Le préservatif... Tout le monde l'a utilisé mais très peu l'ont apprécié. Trop épais, pas assez discret, trop fragile... Lassée par ces critiques incessantes, une équipe de chercheurs australien a décidé d'utiliser une plante locale pour concevoir la capote ultime : le spinifex.

Et si on alliait plaisir charnel et éco-responsabilité ? Chaque année, plus de 10 milliards de préservatifs sont vendus sur notre chère planète. Un chiffre record pour un outil qui peine paradoxalement à convaincre son monde. Trop épais, tue-l'amour, pas assez résistant... La capote ne fait pas l'unanimité. C'est justement pour redorer le blason du condom que des chercheurs de l'Université de Queensland en Australie ont décidé de confectionner un préservatif ultra-résistant et aussi fin qu'un cheveu avec... de l'herbe ! Le spinifex recouvre 22% des régions côtières humides d'Australie. Ses propriétés font des émules depuis des siècles. 

La résistance toute en finesse

Le spinifex a la particularité d'être un excellent adhésif. Les communautés indigènes d'Australie s'en servaient d'ailleurs pour attacher l'extrémité des flèches aux bâtons de bois. Intrigués par cette donnée, les chercheurs, emmenés par le professeur Darren Martin, ont essayé de mélanger l'herbe au latex pour en évaluer les changements. Et comme souvent, les idées les plus étranges donnent les meilleures résultats.


"Nous avons conduit un test d'éclatement qui consiste à faire gonfler les préservatifs et à mesurer le volume et la pression, indique dans un communiqué le Pr Martin. Nous avons obtenu une performance moyenne de 20% en pression et 40% en volume comparé à l'échantillon de latex commercial". Un résultat probant tout en finesse. Si l'épaisseur d'une capote oscille généralement entre 70 et 90 microns, ce nouveau dispositif atteint 45 microns, soit "l'épaisseur d'un cheveu humain" d'après Darren Martin. Plus de finesse pour plus de plaisir. CQFD.

View post on imgur.com

Le nouvel Eldorado du latex

C'est donc un fait : les préservatifs de demain seront australiens, naturels et aussi résistants que de la cotte de mailles. Mais voyons encore plus loin ! Après avoir déniché le "Graal du caoutchouc naturel", l'Australie pourrait en profiter pour faire naître une économie aussi florissante qu'innovante. Prenons par exemple le milieu de la chirurgie : des gants en latex plus fins et résistants se vendraient comme des petits pains et ne feraient que renforcer la confiance des clients les plus suspicieux.


Mieux encore, un véritable business vertueux pourrait prendre vie. Plus le produit est fin, moins son élaboration nécessite de matériau. Moins de latex donc. "Si vous utilisez moins de latex, le coût de production de votre matériel va chuter, le rendant encore plus attractif pour les industriels", explique Doc Martin qui a flairé le bon filon depuis belle lurette. L'industrie du préservatif pourrait donc s'avérer des plus fertiles.

Vous êtes anglophones et souhaitez plus de détails sur cette révolution qui vous ravit ? Cette vidéo est faite pour vous combler !

Source image : ©huffingtonpost & leparisien

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Sexo demain

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe