En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Un photographe s’introduit à Fukushima 6 ans après la catastrophe nucléaire

Ecrit par Pauline Publié le 1 août 2016

Pauline

Un photographe s’introduit à Fukushima 6 ans après la catastrophe nucléaire

Le photographe Malaisien de 27 ans Keow Wee Loong s’est rendu dans la zone d’exclusion de Fukushima après la catastrophe nucléaire de Mars 2011 suite à un tsunami. Un étonnant voyage...

Six ans après ce que l’on considère comme le pire désastre nucléaire après Tchernobyl en 1986, Keow Wee Loong est allé se promener dans Fukushima, ville fantôme radioactive, avec pour seule protection un masque à gaz. Il en est revenu avec des images fascinantes accompagnées d’un message sous-jacent essentiel sur les dangers dévastateurs du nucléaire

 A Fukushima, plus rien de bouge et plus rien ne vit. Le temps s’est figé dans les rues où règne maintenant un silence profond. Pourtant, tout est resté à sa place : voitures, vitrines, supermarchés et étalages. Dans cette atmosphère pesante et morbide, K. W. Loong déambule entre les supérettes et maisons désertes et silencieuses que 150000 personnes ont dû fuir en urgence en laissant tout derrière eux. Il s’arrête parfois ici et là pour regarder dans les rayons, ouvrir un magazine ou faire un tour dans la section DVD avant de reprendre son expédition.

Ces images apocalyptiques dignes d’un film de science-fiction sont bien réelles. A présent, les seuls maîtres des lieux sont les articles et produits restés en vitrines et en rayon.

Le photographe a lui-même comparé son expérience a celle du jeu vidéo "Fallout" à l’univers apocalyptique ainsi qu'à "Je suis une légende", film d'anticipation post-apocalyptique dans lequel Will Smith, dernier survivant de la ville de New York, incarne un docteur immunisé contre un virus qui décime l’humanité.

"Montrer" pour sensibiliser les générations futures

Les images décalées de ce jeune artiste et messager de 27 ans en sac à dos qui se promène au milieu des détritus dans des rues où seuls les feux de circulation s’animent sont saisissantes. 

Plus qu’un long discours, le photographe a préféré utiliser la photographie comme moyen d’expression et de sensibilisation. A travers ce témoignage photographique précieux, K.W. Loong nous emmène directement sur place. Plutôt que de cacher ou d’oublier, il recherche le concret, nous "montre" et nous laisse prendre conscience de la réalité d’une "ville morte" et des dangers nucléaires.

 Parfois, il faut le voir pour y croire et comme dit l’expression, une image vaut (au moins) mille mots !

Source image : theguardian.com ; positivr.fr

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Idées saugrenues

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe