En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La Norvège met les bouchées doubles pour l’écologie

Etat des lieux du futur leader mondial de l'écolo

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 12 août 2016

La Norvège met les bouchées doubles pour l’écologie

Déjà bien en avance en terme d’écologie, la Norvège est en train de creuser l’écart et de mettre tout le monde d’accord. Entre interdiction des voitures à essence, déforestation inexistante et neutralité carbone totale, le pays scandinave dispose désormais d’un arsenal écolo de malade mental. Allo la France ?

La COP 21 n’est pas qu’un fiasco. (Trop) Souvent raillé par les écolo-sceptiques pour l’inutilité de ses mesures, le sommet écologique mondial a pourtant servi à certains audacieux. Des audacieux dont la Norvège fait indéniablement partie. Déjà exemplaire en termes d’énergies propres et de recyclage, le territoire des Fjords semble décider à passer la seconde niveau écologie. Classée à la deuxième place des nations les plus vertes de la planète, la Norvège est en passe de coiffer son voisin suédois au poteau du leadership mondial écolo. 

Bien à l’intérieur…

Assez blablaté, venons-en aux faits. Incontournable sur le marché des hydrocarbures (14e pays producteur de pétrole et 6e producteur de gaz), la Norvège a revu ses ambitions à la hausse en avançant de 20 ans sa deadline jusqu’à la neutralité carbone (2030 au lieu de 2050). Une décision prise par le Parlement national, impliquée jusqu’au cou dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et l’objectif est en très bonne voie : le quotidien canadien La Presse nous apprend que la production électrique nationale est aujourd’hui majoritairement propre grâce à son origine hydraulique. Tout sauf un coup d’épée dans l’eau.

Une mesure réjouissante qui est loin d’être orpheline. Quelques jours avant cette annonce, la Norvège avait décidé de s’engager corps et âme contre le déboisement, devenant au passage le premier pays au monde à plancher sur une politique zéro déforestation. Et le dévouement est total : désormais, le gouvernement exclut des marchés publics toute offre venant d’une société dont les marchandises et produits ont pu avoir, de près ou de loin, un impact néfaste sur la forêt tropicale. On ne rigole pas avec le bois.

Et ça se voit à l’extérieur

Et comme deux bonnes nouvelles n’arrivent jamais seul (…quoi ?), le pays a également annoncé son intention d'interdire la vente de voitures à essence d’ici 2025. Il faut dire qu’en Norvège, le marché de l’électrique est en plein essor avec une augmentation de 24% des ventes au cours de l’année dernière. Un nouveau terrain sur lequel la Norvège pourrait être un précurseur mondial. Si l’objectif est décrit comme un peu trop ambitieux par plusieurs observateurs et experts, l’ambition est des plus louables. Nul besoin d’être un pays gigantesque pour changer le monde. Une véritable ode au dicton préféré des complexés prétentieux : "c’est pas la taille qui compte". 

Source image : © Shutterstock

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe