En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Les îles du Finistère visent le 100 % renouvelable

La Bretagne met le cap sur un ambitieux programme de transition énergétique

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 15 sept. 2016

Les îles du Finistère visent le 100 % renouvelable

La Bretagne va se parer de vert. D’ici 2030, les îles de Molène, Ouessant et Sein, toutes trois situées au large du Finistère, devraient être totalement alimentées en énergies renouvelables. Un défi lancé par la région et l’Etat qui devrait, à terme, s’étendre à une douzaine d’îles bretonnes.

Molène, Ouessant et Sein. Quoi, ça ne vous dit rien ? Mais si, réfléchissez bien. Ces trois drôles de noms désignent des îles françaises situées au large du Finistère. Ca y est ça vous revient… Eh oui, le petit îlot de Molène a été mis en lumière par le film Les Seigneurs, où une brochette loufoque d’anciennes vedettes du football sont recrutés pour enflammer la Coupe de France. Mais Molène et ses deux voisines font aujourd’hui parler d’elles dans la vraie vie. La raison : elles seront alimentées à 100 % en énergies renouvelables d’ici 2030. C’est encore mieux que le foot. 

Lors de la présentation du programme environnemental de l’Association des îles du Ponant (AIP), Daniel Masson, maire de Molène, n’a pas fait durer le suspense : 

Nous lançons aujourd’hui le processus de transition énergétique sur les trois îles Daniel Masson, maire de Molène

La bombe est lâchée. D’ici l’horizon 2030, les îles de Molène, Ouessant et Sein devraient afficher une production énergétique totalement propre et grâce à des sources d’énergie 100 % renouvelables. Une première française soutenue par la région Bretagne et le gouvernement. 

Il faut dire qu’au pays de l’hermine, les territoires souffrent des changements climatiques, notamment en raison de la montée des eaux. Consciente de son emplacement vulnérable, l’AIP a décidé de mettre en place un plan visant à promouvoir la transition énergétique. Plan récompensé par les appels à projets lancés par la région bretonne et l’Etat. 

13 fois plus de CO2 qu'ailleurs en France

Si l’objectif est clair, les mesures pour y parvenir seront multiples : éoliennes et panneaux photovoltaïques, augmentation des performances énergétiques des bâtiments déjà conçus, modernisation de l’éclairage public et réduction de la consommation énergétique, installation de bornes de recharge autonomes pour véhicules électriques et même promotion de l’élevage de poules afin de réduire les déchets ménagers. 

Aujourd’hui, la plupart des 1 315 habitants de ces zones non interconnectées au réseau électrique national se chauffent avec de l’électricité issue de générateurs thermiques au fioul. Résultat, le facteur d’émission de gaz à effet de serre est 13 fois plus élevé que dans le reste de la France : un kilowattheure (kWh) produit 770 g de CO2, contre 61 g sur le continent ! A Ouessant, un mix énergétique formé d’une ferme hydrolienne est à l’essai. D’ici quelques années, le programme devrait envahir une douzaine d’îles réunies au sein de l’AIP. La Bretagne, ça vous gagne ! 

Source image : © Topsy / Richard Tanguy / Residences Trigano / Geo

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les temps changent

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe