En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

#1dechetparjour : le nouveau défi écolo-connecté

A Marseille, la propreté de la ville devient fun et trendy : Poubelle La Vie !

Ecrit par Marine Publié le 21 juin 2016

#1dechetparjour : le nouveau défi écolo-connecté

Ramasser un déchet par jour pour nettoyer sa ville : c’est le nouveau projet citoyen, collaboratif et écologique lancé en septembre 2015 à Marseille.

Des rues plus propres, une ville plus propre, un futur plus propre : telle est l’ambition d'une initiative audacieuse née dans la cité phocéenne. Le challenge ne s’arrête pas là : le relai sur les réseaux sociaux fait partie intégrante de ce projet assurément moderne et digital ! Le principe est simple : se prendre en photo en train de ramasser un déchet, poster la photo sur Facebook, Instagram ou Twitter et inviter cinq amis à faire de même.

Comment ça marche ?

1. On ramasse un déchet (devant chez soi, au boulot, dans la nature, où tu veux...)

2. On prends une photo ou un selfie

3. On jette le déchet

4. On publie son trophée sur les réseaux sociaux avec le hashtag #1déchetparjour ou #1pieceofrubish si on préfère l'anglais et on tague 5 amis pour les inviter à relever, eux aussi, le défi.

A l’origine de ce défi citadin, un trio de choc composé de trois amis marseillais ultra-motivés et convaincus du fort potentiel de cette idée. Leur objectif ? Sensibiliser chacun à la propreté de la ville et à des gestes quotidiens qui peuvent faire la différence. Et surtout, faire en sorte que ce geste se pérennise et devienne une habitude naturelle. Le tout sur un ton fun et positif !

Véritable success story, ce projet a été relayé en quelques mois dans plusieurs villes de France comme à Paris ou Lyon mais aussi à l'international : Malte, Leeds, Los Angeles, Mexico et Buenos Aires.

Friande de ce type d’initiative, l’équipe de Hello Demain a accouru dans la Cité Phocéenne pour rencontrer le fondateur du projet.

Entrevue avec Eddie Platt, un Anglais pas à la ramasse

Nous retrouvons Eddie dans un café proche du Vieux Port, où il a ses habitudes et connaît tout le monde. Originaire de Leeds, ce Marseillais d’adoption a l’enthousiasme contagieux. Entre 2 appels, 3 bises et 4 bonjours, ce trublion d’Outre-Manche a répondu à nos questions, avec son franc-parler naturel. On n’en a pas jeté une miette !


1. Présentez-nous votre projet en une phrase…

Nous sommes la barrière humaine entre les déchets et la nature.

J’ai droit à une 2ème ? Une photo vaut 1000 mots.


2. Comment vous décrivez-vous ?

Je bois, je fais la fête le weekend, je ne suis pas parfait ! Mais je m’auto-challenge, pour essayer de montrer l’exemple : je me forge de nouvelles habitudes avec le moins d’impact possible pour la planète, à l’image d’ #1dechetparjour. Un autre exemple ? « Wash in 1 minute » = prendre une douche en une minute seulement (il l’a fait !)


3. Pourquoi avoir lancé cette initiative à Marseille ?

Parce que j’y habite et que j’aime cette ville. Même si, contrairement à ce qu’on croit, ce n’est pas plus sale qu’ailleurs… Au Brésil par exemple, 40 tonnes de déchets sont déversés chaque jour dans l’Amazone ! Les défis sont partout.


4. Comment vous servez-vous de la puissance d’internet pour développer ce projet ?

Tu connais le « Ice Bucket Challenge » ? (geste consistant à se renverser un seau d’eau glacée sur la tête, pis à inviter des amis via des réseaux sociaux à reproduire ce geste - NDLR) ? Moi j’adapte ça en « Déchet-Poubelle Challenge ». C’est super simple : ramasser, poster, taguer. Et ça marche : on a déjà près de 7000 fans sur Facebook et Twitter.

Mon credo : la propreté attire la propreté. Et pour motiver les gens, l’exemple est plus fort que l’ordre.


5. Qui sont vos « followers » ?

C’est très varié mais nous avons globalement plus de femmes que d’hommes. Je crois qu’elles sont généralement plus sensibles à ce genre de problématique. D’ailleurs, la plupart des photos sur Instagram sont des enfants pris en photo par leur mère ! Sans compter les célébrités qui participent aussi : le nageur Frédérick Bousquet, l’animatrice Nathalie Simon, et les acteurs de Plus Belle La Vie !



6. Vous avez également lancé des événements « en live ». Pouvez-vous nous en parler ?

En 2016, nous avons organisé des événements de ramassage collectif de déchets dans des lieux emblématiques de Marseille : la Bonne Mère, la Canebière et récemment de la gare St Charles, jusqu’aux Docks de la ville ! Le but est d’en faire un par mois, sous le thème « Green Marseille »

Mais d’autres personnes ne nous attendent pas pour ramasser des déchets là où ils sont : l’association Nature Libre dans le Pas-de-Calais, ou les « fantômes ramasseurs » sur la Côte d’Azur. Chacun peut s’y mettre là où il est !


7. Quels sont les déchets les plus insolites que vous avez ramassés ?

Dans les 13 tonnes de déchets ramassés, on retrouve les classiques seringues et capotes, mais aussi devoirs d’école et lettres d’amour… Mais le must c’est quand même un tronc d’église près de Notre Dame de la Garde ! 


8. Concrètement, est-ce que ça marche ?

Les mentalités commencent à changer, même si ça prend du temps. Quand il y a déjà des déchets par terre, la plupart des gens se disent « un de plus ou un de moins, quelle différence ? » On a tellement l’habitude des déchets qu’on ne fait plus attention. Nous devrions tous davantage assumer les responsabilités de nos actions. Chacun d’entre nous est un colibri !


9. Quels sont vos projets ?

On vient de lancer aussi une campagne de crowdfunding pour intervenir dans des écoles et des entreprises de la région dans un but de sensibilisation. La communication et l’éducation, c’est primordial.

On prépare aussi une campagne pour cet été afin que les gens arrêtent de jeter des déchets sur les routes #cetetejenejetteplus #jenesuisplusunconnard 

Et puis, imagine : on touche 50 000 personnes par mois en France. Si on continue comme ça, dans 5 ans, on n’a plus besoin de le faire ! Il faudrait que ça devienne une habitude, qu’on se demande au café « et toi, qu’est-ce que t’as ramassé hier ? »

L'équipe de Hello Demain a suivi Eddie dans les rues de Marseille, à la recherche d'#1dechetparjour à ramasser. Challenge accepted ! A vous maintenant de relever le défi...

► Envie de suivre Un déchet par jour ?

Sur Facebook, sur twitter, sur Instagram

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe