En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

A Roquevaire, l'eau coûte entre 3 et 4 fois moins cher

Pour donner l'accès à l'eau la mairie de Roquevaire n'a pas hésité à se mouiller

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 7 sept. 2016

Antoine Lebrun

A Roquevaire, l'eau coûte entre 3 et 4 fois moins cher

Elle nous lave, elle nous hydrate, elle nous réchauffe ou nous rafraîchit. L’eau est partout autour de nous et toujours plus indispensable à notre survie. Mais elle se fait rare et coûte donc son pesant d’or. Partout ? Non ! Une commune d’irréductibles Gaulois fournit l’eau quasi-gratuitement à ses habitants. Direction les Bouches-du-Rhône, dans la bourgade de Roquevaire et ses 10 000 âmes gâtées.

Aujourd’hui, vous vous êtes étonnamment réveillé du bon pied. Le sourire au lèvres, vous pétez littéralement le feu. La vie est belle, les oiseaux chantent et les derniers soleils d’été vous chatouillent la peau. Même votre dure journée de labeur n’a pas suffi à vous démoraliser. Avant d’aller vous poser devant un bon petit verre, vous cherchez votre boîte aux lettres. Et soudain, le drame : votre dernière facture d’eau affiche un paquet de zéro en trop. Et ça, ça vous fout en rogne. Un conseil : exportez-vous du côté des Bouches-du-Rhône dans la petite bourgade de Roquevaire. 

L’eau. Depuis la nuit des temps, l’eau est le seul élément indispensable à toute forme de vie. Sauf que cette ressource se fait de plus en plus rare aujourd’hui, en dépit des sources inépuisables que représentent mers et océans. Mais à Roquevaire, on a trouvé la parade. Depuis fin 2011, l’eau est quasi-gratuite pour les 10 000 habitants de la commune des Bouches-du-Rhône. Possible ? Oui, depuis que la municipalité a décrété l’eau comme "bien commun de l’humanité" et a instauré un tarif dingue d’un euro les trois mètres cube (au lieu de 3 à 4 euros habituellement).

En tant qu’élus, on n’est pas là pour faire du pognon, mais pour faire fonctionner une commune Yves Mesnard, maire de Roquevaire

Une initiative régie par une réglementation claire comme de l’eau de roche. La quantité d’eau jugée vitale à un foyer est estimée à 30m3. Si la consommation du foyer dépasse cette limite, le prix du mètre cube augmente immédiatement (en restant toutefois inférieur à la "normale"). Pour Yves Mesnard, maire de la ville, cette mesure sonne comme une évidence : "On ne paie pas la ressource. Or, en tant qu’élus, on n’est pas là pour faire du pognon, mais pour faire fonctionner une commune." Non vous ne rêvez pas, ces mots sortent bel et bien de la bouche d’un élu. Où va le monde ? 

Qui dit bonne initiative dit inlassablement farouches opposants. Pour ces derniers, conserver un prix élevé de l’eau permettait d’éviter le gaspillage. Sous-entendu : moins les gens paient, plus ils consomment et gaspillent. Mouais… Mais les chiffres contrecarrent leur avis. Depuis la mise en place du système, la consommation générale en eau a diminué pendant que la population de la commune a sensiblement augmenté. Au revoir chers rabat-joie, merci d’être passé. 

Une mesure en place… pour le moment

Depuis 1925, Roquevaire dispose de sa propre régie municipale. Un avantage qui lui permet de garder la main mise sur le marché local de l’eau et donc sur les prix. Mais hélas, toute belle histoire doit avoir une fin et celle de la petite commune pourrait s’achever en 2020 au moment de l’avènement de la métropole d’Aix-Marseille-Provence qui devrait confiée la gestion de l’eau à une mégastructure. A moins que celle-ci ne décide de conserver la politique actuelle. Un peu d'humanité dans ce monde de brutes ?

Source image : © Ekladata / Bastamag / Travel and Leisure / Samotako1

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe