En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Au Cameroun, un "sac-marmite" pour révolutionner la cuisine

Bien manger, c'est le début du bonheur

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 9 juin 2016

Au Cameroun, un "sac-marmite" pour révolutionner la cuisine

Au Cameroun, les sources d’énergie sont aussi polluantes que coûteuses. Avec des revenus inhumains, il devient difficile aux habitants de Douala de cuisiner convenablement. Une association locale a créé un "sac-marmite" permettant de réduire les dépenses énergétiques engendrées par la cuisson des plats.

Gaz, bois, charbon, pétrole… Autant de sources d’énergie utilisées à l’infini dans notre Occident. Mais c’est loin d’être le cas partout ailleurs. A Douala, la capitale économique du Cameroun, ces ressources rares et polluantes doivent être économisées au maximum. L’Association des veuves, veufs et enfants déshérités du département du Wouri (au sud-ouest du pays) fabrique des sacs-marmites bien particuliers. L’objectif : permettre aux familles de cuisiner en économisant gaz, pétrole, bois et charbon. Car avec ses 3 millions d’habitants, la ville de Douala souffre d’un sérieux problème de pollution… et d’argent.


Fait de tissu et de polystyrène, le "sac-marmite" se transforme en auto-cuiseur une fois porté à ébullition. Pour une modique somme comprise entre 10.000 et 22.000 FCFA (entre 15 et 33€), les locaux peuvent s’offrir cette technologie réutilisable. "Nous contribuons à notre façon à protéger l'environnement car nos sacs-marmites ne produisent pas de fumée lors de la cuisson", explique Catherine Leugue, présidente de l’association. Et les fonds récoltés viennent en aide aux familles déshéritées. Gagnant-gagnant.

La cuisson, ce coûteux processus

Outre la pollution, l’immense avantage du "sac-marmite" est économique. L’utilisation quotidienne du charbon ou du bois pour la cuisson représente une dépense mensuelle oscillant entre 10 000 et 20 000 FCFA (entre 15 et 30€). Quand on sait que 40% des Camerounais vivent avec moins d'1,10€ (selon l’Institut National de la Statistique du Cameroun) par jour, le problème saute aux yeux. Si le salaire minimum atteint difficilement les 55€, de nombreux salariés, notamment des femmes de ménages, demeurent sous-payés. Pour ne pas devoir manger leurs repas tout crus, la population doit souvent faire preuve d’ingéniosité. Et le sac-marmite en est une. 


L’utilisation est toute simple et se déroule en deux étapes : chauffer la marmite sur gaz ou feu de bois puis terminer la cuisson dans le sac-marmite. L’intégralité des ingrédients du repas sont d’abord placés dans une marmite portée à ébullition. Lorsqu’elle boue, il suffit de la placer à l’intérieur du sac-écolo en serrant bien le noeud. Le repas peut ainsi finir sa cuisson tout en conservant sa chaleur initiale et sans source d’énergie supplémentaire. Vous l’avez compris, le sac-marmite ne remplace pas l’énergie, mais il réduit considérablement son gaspillage. Déjà un bien grand pas.

L’estomac souffre, le porte-monnaie souffle

Pourquoi les bémols viennent-ils toujours casser notre joie ? S’il est une alternative à la cuisson traditionnelle, ce sac malin ne garantit pas les mêmes performances : il faut entre 45 et 50 minutes au plat pour être parfaitement prêt. L’estomac peut bien attendre un peu… Parmi les habitants de Douala, ceux qui l’ont essayé l’ont très vite adopté. Et ont vu leur consommation énergétique divisée par 4. Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous : depuis leur lancement en début d’année 2016, seuls une cinquantaine de sacs ont été vendus. C’est trop peu et c’est pourquoi l’association multiplie les démonstrations dans les marchés populaires pour convaincre une population sceptique. Bien manger, c’est le début du bonheur. C’est notre Président qui le dit.

Source image : © lexpress.fr

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe