En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Bali : les deux fillettes qui font plier le gouvernement

Lien : soeur. Âge : 15 et 13 ans. Mission : faire disparaître les sacs plastiques. Objectif : (presque) atteint.

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 26 oct. 2016

Bali : les deux fillettes qui font plier le gouvernement

Certains passent leur vie à essayer de changer le monde. D’autres y parviennent alors qu’ils sont encore collégiens. Melati et Isabel Wijsen ont 15 et 13 ans et vivent sur l’île de Bali. En 2013, les deux soeurs ont créé l’association "Bye Bye Plastic Bags". Objectif : dire adieu aux sacs plastiques. Trois ans plus tard, le projet a fait plier le gouvernement balinais et inspire de nombreuses nations voisines. Retour sur l’ascension fulgurante de deux prodiges de l'écologie.

Il n’y a heureusement pas que les adultes pour changer le monde. Vous en doutez ? Allez donc demander à Melati et Isabel Wijsen. Respectivement âgées de 15 et 13 ans, les deux soeurs ont lancé, en 2013, l’association "Bye Bye Plastic Bags" sur leur île natale de Bali. L’objectif est loin d’être secret : faire disparaître la pollution liée à l’utilisation massive et non-maitrisée de sacs plastiques. Une belle initiative à laquelle on était, à la base, tentés de dire "bon chance" sans grande conviction. Sauf que les deux jeunettes se sont débrouillées comme des chefs et ont su user toutes les cordes de l’arc citoyen.  

Ban Ki-moon et raisonnance mondiale

Grève de la faim, appels aux médias, utilisation assidue des réseaux sociaux. En multipliant les opérations coups de poing, Melati et Isabel ont réussi à donner une immense raisonnance à leur combat. Vous voulez savoir le pire (ou le meilleur en l’occurrence) dans tout ça : ça marche du tonnerre et ça se propage à la vitesse de l’éclair ! Une ascension (en 4 étapes) aussi fulgurante qu’un déchet dans la mer.

  • Mai 2014 : les soeurs Wijsen rencontrent le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour lui parler de leur projet. Pendant ce temps-là, vous, vous galérez à décrocher une petite entrevue de 5 minutes avec votre supérieur hiérarchique… 

  • 2015 : les fillettes lancent "One Island, One Voice", une campagne visant à inciter les commerçants de l’île à abandonner les sacs plastiques. Grâce à la méthode du "name and shame", l’action met en lumière les commerces partenaires tout en couvrant de honte les autres.
  • Juin 2015 : le gouvernement balinais plie et reçoit les deux porteuses du mouvement et leur confirme la création d’une loi prônant l’éradication des déchets plastiques pour 2018. Comme quoi deux enfants qui font grève de la faim, ça peut faire bouger un pays.

  • Janvier 2016 : 13 pays témoignent de leur intérêt pour la mise en place d’une politique similaire (inspirée ou directement liée). Un engouement qui donne des idées à la fratrie Wijsen qui s’envole pour l’Australie pour présenter aux écoles un nouveau projet : Bye Bye Plastic Bags Australie. 

Bali, une île minée par le tourisme

On ne le sait pas forcément mais l’atoll de Bali n’abrite pas que des plages paradisiaques, du sable blanc et des eaux turquoises. Derrière cette description de carte postale se cache aussi un environnement dévasté par un tourisme qui produit 680 m2 de déchets par jour (soit un immeuble de 14 étages). Résultat : des plages couvertes de détritus, des surfeurs qui nagent avec les déchets plutôt qu’avec les dauphins et une image de paradis terrestre sacrément écornée. Pas sûr que beaucoup en rêvent... 

Afin de donner tort à l’écrivaine Flore Vasseur - qui estime que les océans compteront plus de déchets plastiques que de poissons d’ici 2050 -, Melati et Isabel Wijsen ont décidé d’agir en dépit de leur ancienneté relative sur cette planète. Car la fibre écologique n’a pas poussé dans l’esprit des jeunes filles du jour au lendemain. Les chanceuses ont eu le privilège de bénéficier de cours prodigués par une école d’un nouveau genre : la Green School de Bali. Cet enseignement qualifié d’ "alternatif" cible les talents spécifiques des élèves et les pousse à les exploiter.

Mission accomplie en ce qui concerne Melati et Isabel qui se concentrent déjà à la pérennisation de leur apprentissage. Ne leur reste plus qu’à voir si le gouvernement balinais respecte son engagement. Si on se donnait rendez-vous dans deux ans ? 



Découvrez le reportage réalisé par Arte retraçant la folle histoire des soeurs Wijsen

Source image : © Karen Hoogland / Janita Himawati / Indonesia Expat / Bye Bye Plastic Bags

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe