En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Des médailles en déchets électroniques pour les JO 2020

Votre vieux smartphone explosé vaut de l'or (olympique)

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 24 août 2016

Des médailles en déchets électroniques pour les JO 2020

Alors que les médailles olympiques sont partiellement issues du recyclage industriel, le Japon voit encore plus loin. Organisateur des olympiades 2020, Tokyo espère fabriquer ses breloques… à partir de déchets électroniques. Pour ce faire, l’Etat invite les foyers à stocker smartphones et autres tablettes pour faire des JO nippons les JO les plus écolos de l’histoire.

Ce fut trop court mais intense ! Après 15 jours de festivités jouissives, les Jeux olympiques de Rio se sont achevés sous un ciel scintillant de feux d’artifice. Scintillantes, les 2 102 médailles décernées lors de la compétitions le sont aussi. Un total impressionnant qui grimpe même à 2 488 en comptant chaque membre des équipes de sport collectif couronnées. Et ce avant même le début des Jeux paralympiques (du 7 au 18 septembre 2016). Des chiffres qui laissent songeur mais qui donnent aussi envie d’en savoir un chouïa plus sur ces tonnes de breloques si courtisées.

Médaille de bronze, d’argent…et d’argent plaqué or

Au début des JO, le très sérieux magazine Forbes rappelait les mensurations des médailles : 500 grammes et 85 millimètres de diamètre chacune et tous métaux confondus, soit les plus lourdes de l’histoire des JO. C’est la crise… Mais là ou tout ça devient vraiment intéressant, c’est lorsqu’on s’attarde sur la composition des précieux métaux. Si les médailles d’argent et de bronze sont majoritairement constituées du métal dont elles portent le nom, les médailles d’or sont en réalité faites d’argent plaqué d’une feuille d’or pur de 6 grammes. C’est le CIO (Comité International Olympique) qui le dit et c’est ainsi depuis 1912. Valeur totale d’une médaille : environ 500 euros. Le mythe que vous vous étiez monté dans votre petite tête prend un sérieux coup. Mais qui sait, vous trouverez peut-être l’une de ses breloques sur Ebay, histoire d’impressionner votre bande de sportifs du dimanche… 

Des métaux sortis d’usine

On en sait un peu plus maintenant. Mais alors, tous ces métaux précieux, d’où sortent-ils ? D’après l’organisation des Jeux de Rio, 30% de l’argent et 40% du bronze utilisés ont été tirés de déchets industriels alors 50% des rubans ont été tirés de plastique recyclé. Des médailles écolos qui pourraient l’être encore un peu plus lors de l’édition 2020 à Tokyo. D’après Nikkei Asian Review, repris par Konbini, le comité d’experts chargé de définir un "plan de durabilité" (censé gérer le coût astronomique des JO 2020) envisage de récupérer les métaux olympiques… dans les déchets électroniques. Comprenez smartphones et autres outils technologiques. Car oui, chacun de nos appareils high-tech contient sa portion de métal luxueux (on ne garantit pas le résultat pour le Nokia 3310 par contre…). 

Le Japon, cette mine d’or de déchets

S’ils sont des métaux rares donc précieux, l’or et l’argent peuvent parfaitement se recycler. Ca tombe bien puisque d’après Ken Sakakibara du Nikkei Asian Review, le Japon disposerait de 16% des réserves mondiales d’or et de 22% des réserves d’argent. Où ça ? Dans ses millions d’appareils électroniques obsolètes. Mais il y a un mais : au pays de la haute technologie, les ingénieurs n’ont pas encore inventé un système capable de recycler de manière spécifique ces 650 000 tonnes de déchets qui valent de l’or. Et au Japon, l’alternative à la technologie porte un nom : le peuple. De nombreux foyers vont désormais être équipés de récipients spécifiques destinés à être remplis d’appareils HS. Il en faudra un beau petit paquet pour récolter les 10 kilos d’or, 1 200 kilos d’argent et 700 kilos de cuivre qui glorifieront les athlètes les plus performants du monde. 

Source image : © I Heart / Bustle / Washington Post / Pixabay / ABC News / Japan Times

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe