En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecolo trendy : quand le blue jean se met au vert

Porter du bleu n'a jamais été aussi green

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 28 juil. 2016

Antoine Lebrun

Ecolo trendy : quand le blue jean se met au vert

Vous ne savez pas quoi mettre pour être à la fois à l’aise et branché(e) ? Le jean est votre allié le plus fidèle. Depuis plus d’un siècle, il est la pièce maîtresse de toute garde-robe digne de ce nom. La mode devait donc inévitablement se pencher sur l’aspect écolo du jean. Coup de projecteur sur les marques qui ont compris que le jean et l'écologie étaient nés pour être unis. Vive les mariés !

Il est partout. Aux quatre coins du monde, qu’on soit riche ou pauvre, grand ou petit, blanc ou noir. Depuis plus d’un siècle, le jean s’est imposé comme l’indispensable pièce des garde-robes du monde entier. Unisexe et transgénérationnel, le jean est le vêtement le plus vendu de la planète. Si bien que trouver une personne qui n’en a pas dans son placard tient du miracle. Confortable et facile à assortir, il est la définition ultime de la pièce maîtresse. Il fallait donc bien que le jean finisse par devenir un enjeu écologique. Recyclé et recyclable, mêlé à d’autres fibres et conçu pour durer éternellement… Jamais le blue jean n’aura été aussi green. 

A une époque où l’écologie est devenue un concept vendeur surnommé le greenwashing (lorsque les marques se mettent à l’écologie à des fins commerciales), le jean se réinvente en permanence, au niveau du design mais aussi de la technologie. Et ça, on ne va pas s’en plaindre.

Freitag F-ABRIC l’avenir

Figure de proue du vent écolo qui souffle sur l’industrie du jean : Freitag. Fondée par Daniel et Markus Freitag, deux Suisses obsédés de recyclage, la marque a aujourd’hui plus de vingt ans. A l’origine, les deux larrons ont débarqué avec des sacs fabriqués dans des bâches de camion. Avec cette matière hyper robuste et originale, les Zurichois posaient les bases de leur inspiration. Mais l’apogée de la maison survient en 2014 : après 5 années de recherches, les frères Freitag décident de créer une collection capable de se désagréger totalement une fois usée. Comment ? Grâce à la fibre de lin, un matériau bien moins gourmand en eau que la laine ou le coton et surtout très biodégradable. Niveau finitions, Freitag ne s’embarrasse pas et opte pour des boutons dévissables. Habile. Cette saison, le duo à l’imagination sans limite récidive avec la collection F-ABRIC et son pantalon cinq poches « prêt-à-composter ». Cette fois, ni rivet ni fil de polyester, le jean est fabriqué en fibres de chanvre et de lin issues de la culture durable. 100% biodégradable des fils de couture à l’étiquette. Une seule mission avant de le jeter : dévisser le bouton de la braguette (que vous aurez le loisir d’accrocher à un nouveau modèle). Le modèle se décline également en short, t-shirt, vestes et même sac. Comptez tout de même 190€ pour un jean biodégradable. Quand on aime on ne compte pas.

G-Star Raw s’attaque au plastique

Parmi les grands noms les plus investis dans la cause écologique, on retrouve également la marque G-Star Raw. Après avoir longtemps reçu les faveurs des jeunes fashionistas, G-Star Raw a su se réinventer. Depuis trois saisons, la maison est associée à Bionic Yarn et Parley for the Oceans. La première s’est spécialisée dans les textiles issus de déchets plastique tandis que la seconde est une association militant pour la défense des océans. Un trio complémentaire chapeauté par Mister Pharrell Williams, appelé à la rescousse pour composer la ligne Raw for the Oceans. Et le résultat est probant : plus de 2 millions de récipients et 53 tonnes de déchets plastique ont été collectés puis changés en fibres plastique qui, mixées à des fils de coton, sont devenues des jeans, vestes et autres sweat-shirts. Avec le talentueux artiste à la baguette, la ligne en jette, entre look street et futuriste. Petit plus : les prix sont accessibles à toutes les bourses, entre 40 et 200€ le vêtement. Pas un hasard si Rihanna n’arrive plus à s’en séparer.

H&M boucle la boucle

Mais toutes ces belles choses ont un prix loin d’être accessible à toutes les bourses. Pas de panique, vous ne pensiez tout de même pas que les mastodontes de la "fast-fashion" allaient laisser passer le filon. Prenons H&M par exemple. Après s’être lancée dans le défi écolo avec sa ligne Conscious, la chaîne suédoise prolonge le plaisir avec la collection Close The Loop (littéralement "boucler la boucle") Denim Re-Créé. Au menu : 10 modèles de jeans tissés avec du coton recyclé et/ou biologique issu de différentes opérations de collecte lancées par la marque (le Figaro Madame explique que depuis 2013, plus de 14.000 tonnes de textile ont été collectées dans le monde dont plus de 1.366.000 kilos en France). Plus encore, H&M propose aux clients de rapporter un vieux jean délabré pour bénéficier d’une remise sur la collection. Si le geste demeure commercial, on aimerait que le marketing ressemble toujours à ça. Cette coutume est d’ailleurs reprise par la marque DDP à travers son programme Donnez votre Denim. 

J Brand, le noir éternel

Fabriquer à partir d’éléments naturels, c’est bien beau, mais les jeans restent trop souvent des fringues à durée de vie limitée. Changement de couleur, rétrécissement, apparition de trous,… Pour les jeans, le lavage en machine est une perpétuelle torture et beaucoup finissent à la benne une fois leur beauté d’antan saccagée. Consciente du problème, la marque J Brand a décidé de faire de la résistance son cheval de bataille. Elle a lancé sa capsule Seriously Black. "L’ADN de J Brand, c'est le jean skinny foncé, explique, au Figaro Madame, Mary Bruno, chargée du design. Nous avons ajouté à ce modèle culte une nouvelle technologie qui permet enfin de conserver le noir originel de la toile. Le secret réside dans un mélange de fibres teintées artisanalement, dont du coton, de la viscose, du lyocell et des fibres stretch qui, en prime, permettent au jean de s’adapter à la morphologie de sa propriétaire en quelques heures. Et je peux vous assurer que même découpé, lavé et relavé, le jean ne perd vraiment pas de son éclat." Comptez environ 150€ le jean. Avec J Brand, la mode n’est plus un éternel recommencement. Elle est simplement éternelle. 

Source image : © artgrafx.blogspot.fr / Le Figaro Madame / Pixabay

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe



Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe