En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La réalité virtuelle au service l’environnement ?

Ils misent sur la réalité virtuelle pour développer une conscience écologique citoyenne. Qui sont-ils ?

Ecrit par Pauline Publié le 7 juil. 2016

La réalité virtuelle au service l’environnement ?

Les nouvelles avancées technologiques peuvent contribuer à renforcer une prise de conscience générale des problèmes environnementaux. Une réalité virtuelle (RV) au service du réel pour sensibiliser les populations et influencer leurs actions écologiques au quotidien, c’est maintenant possible. Alors, on met un masque et on plonge dans la grand barrière de corail pour voir comment elle va ?

Cibler l’empathie du spectateur en lui donnant un aperçu du problème avec une touche de réel "comme s'il y était" : l'idée a fait son chemin grâce à l’initiative d’un laboratoire de recherche dirigé par Jeremy Bailenson, professeur de communication à l’Université de Stanford.

Le but de cette immersion virtuelle un peu particulière ? Déclencher une prise de conscience efficace. L'utilisateur est mis face à ses responsabilités en devenant le témoin direct de l’ampleur de certains aspects abordés par les médias tels le changement climatique et les menaces d’extinction de certaines espèces, tout cela grâce à la RV.

Concrètement, comment ça marche ? Le laboratoire VHIL (Virtual Human Interaction Lab) de Bailenson spécialisé dans les interactions humaines virtuelles vient de mettre au point un jeu en RV qui montre et explique les enjeux de l’acidification des océans. Le jeu a ensuite fait l’objet d’un documentaire en réalité virtuelle qui a été présenté au festival du film de Tribeca en Avril dernier. Rien que ça !

Tout au long de l’expérience, consignes et remarques sont fournies par une voix-off "guide" pour faire prendre conscience à l’utilisateur que les enjeux sont bien réels et que nos actions ont un impact direct sur la santé de notre planète. Regardez plutôt, en vidéo...

Transformer les enfants en explorateurs

Certaines séquences du documentaire du VHIL ont ensuite été greffées à "Google Expeditions", un programme éducatif en RV, dans le but d’étendre le concept et la sensibilisation aux problèmes environnementaux dans les écoles du monde entier.

Pour James Leonard, chef de programme au sein de l’équipe "Google for Education", c’est une façon d’atteindre les élèves et étudiants qui ne sont pas familiers avec les livres ou la lecture. La réalité virtuelle est un médium complètement différent qui peut emmener l’élève dans des endroits qu’il ne pourrait pas visiter sans cela !

Jeremy Bailenson insiste bien sur le fait que la RV met en exergue le caractère "impératif" et "d’urgence" des problèmes environnementaux. Il avance aussi qu'elle peut fournir à n’importe qui dans le monde l’expérience nécessaire à une vraie prise de conscience des enjeux pour ralentir, si ce n’est éviter, les catastrophes environnementales et écologiques. 

L'un des plus grands défis pour conjurer le changement climatique irrévocable est non seulement d’obtenir l'adhésion des politiciens sceptiques mais aussi d’amener les gens à visualiser comment conduire une voiture énergivore contribue à un problème qui ne pourra se manifester complètement que dans les prochaines décennies.

La plupart des problèmes liés à l’environnement sont complexes et difficiles à expliquer concrètement. Des phénomènes comme le changement climatique, l’acidification des océans, l’extinction et l’érosion des glaciers ne sont pas faciles à montrer et à illustrer, parce qu’ils se passent au ralenti ou bien simplement parce qu’ils sont visibles dans des endroits isolés que peu de gens ont l’occasion d’aller voir.

"La réalité virtuelle résout beaucoup de ces problèmes pratiques", Bailenson en est convaincu. Avec le logiciel approprié, un flux vidéo et un casque RV, tout le monde peut visualiser et faire l’expérience des changements environnementaux en Amazonie, en Arctique ou même sous l’océan.  

Investir dans la RV pour la planète

Si cette expérience digitale immersive qui mime la réalité a jusqu’ici très souvent été utilisée dans le divertissement au cinéma ou pour les jeux vidéo, beaucoup y voient un énorme potentiel encore inexploité et nombreux sont les laboratoires qui commencent à investir dans une réalité virtuelle mise au service de l’environnement.

La RV est de plus en plus utilisée dans les milieux universitaires et politiques pour créer des représentations 3D de la pollution et d'autres impacts humains sur les zones sauvages.

Le documentariste David Attenborough vient tout juste de produire l'expérience révolutionnaire d'une plongée dans la Grande barrière de corail en RV. D’abord destiné à divertir, ce projet est tout aussi éducatif :

Si les années 1990 ont été marquées par beaucoup de bruit autour de la réalité virtuelle, avec de nombreux défis techniques, faux pas et une grande déception du public, cette fois, la technologie semble en passe de devenir une expérience de masse avec des coûts en baisse et une puissance informatique qui s’améliore de jours en jours.

Actuellement, le laboratoire VHIL travaille à la distribution de ses dernières expériences virtuelles sur l’acidification des océans à un public élargi. On pourra bientôt se prendre pour le capitaine Cousteau. 

Grâce à de tels moyens techniques, le caractère a priori abstrait de l’impact de l'homme sur l’environnement devient beaucoup plus concret aux yeux du citoyen lambda. Les experts sont unanimes : visualiser les conséquences de nos actions sur le terrain en RV ne peut que nous faire réfléchir à nos propres habitudes et à notre attitude envers l’environnement à long terme. On a hâte d'essayer, c'est encore mieux qu'un reportage Arte ! 

Source image : e360.yale.edu ; maxisciences.com ; nytimes.com ; theguardian.com ; vhil.stanford.edu ; roadtovr.com

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les génies du futur

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe