En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

L'air pur à emporter, nouvelle lubie chinoise

De l'art de brasser de l'air

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 21 mars 2016

Antoine Lebrun

L'air pur à emporter, nouvelle lubie chinoise

L'air pur est une denrée rare en Chine. Et qui dit rare dit aussi précieux et coûteux. Eh oui, ça paraît fou mais certains Chinois ont décidé de lancer un commerce de vente d'air pur. Un attrape-touristes qui a trouvé son public.

Ramenez un peu d'air de la montagne chez vous, ça vous botte ? Face à la pollution, la Chine fournit de multiples efforts. Et si certaines initiatives promettent un avenir meilleur, d'autres ont des allures de canulars. Conscients du problème environnemental qui les frappe, des villageois de la province de Guangdong ont décidé de créer un business de l'air. L'idée : vendre des sacs plastiques remplis "d'air pur" aux touristes. Avouez-le, vous êtes emballés !


"Acheter de l'air c'est acheter de la santé", "Air sans pollution industrielle" ou encore "Air prélevé à 1 400 mètres d'altitude". Tels sont les slogans inscrits sur les sacs d'air. Plus ou moins vendeurs, ces phrases ont pour but de persuader les visiteurs de s'offrir le "luxe" d'emmener quelques bouffées d'air pur chez eux. Le pire dans tout ça ? Ça marche !

Life in plastic, it's fantastic

Pourquoi "emmener" ? Car les points de vente sont mis en place sur le mont Jinzi, une montagne local). Certains passants profitent donc de l'air ambiant (le même que dans les sacs) pendant que d'autres préfèrent en acheter pour amener un peu de pureté chez eux. Mais bien respirer a aussi un prix : 30 yuans (un peu plus de 4€) pour les gros sacs, 10 yuans (1.40€) pour les plus petits. 


L'idée sort de la tête de Zhi Chenglin, une habitante de la région. Las d'inhaler la pollution ambiante de son entreprise de livraison à Canton, Zhi a décidé de lancer ce business pour rappeler aux citadins qu'il est encore temps de transformer l'environnement. Il faut dire que la province de Guangdong est un terrain miné avec plus de 60 000 usines concentrées dans le secteur. En 2013, une fillette de 8 ans de la province voisine du Jiangsu a été diagnostiquée avec un cancer du poumon, devenant ainsi la plus jeune personne souffrant de la maladie. Un fléau toujours plus profond. Mais de là à en faire un commerce... Voilà une idée qui ne manque pas d'air.


Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier L'air part en fumée

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe