En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Les pigeons volent au secours de Londres

Et si c'était eux, les meilleurs amis de l'Homme ?

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 17 mars 2016

Antoine Lebrun

Les pigeons volent au secours de Londres

Le ciel de Londres s'assombrit de jour en jour. Pour lutter contre les nuages de pollution qui dominent la ville, la municipalité s'est offert les services d'une start-up française. Son nom : Plume Labs. Sa méthode : mesurer la qualité de l'air à l'aide de pigeons connectés.

Au rayon des capitales les plus polluées d'Europe, Londres fait figure de très mauvaise élève. Après de multiples efforts visant à améliorer la qualité de l'air, la municipalité londonienne a décidé de faire appel à une start-up française, Plume Labs. Le nom de la société vous a sans doute mis la puce à l'oreille mais certainement pas à ce point : Plume Labs a équipé une dizaine de pigeons de sacs à dos sur-mesure de 25 grammes contenant toute une batterie technologique. La mission des volailles (si elles l'acceptent) ? Mesurer la qualité de l'air tout en étant géolocalisées par un GPS. Comme le ciel, la technologie n'a pas de limites. 


Depuis mercredi dernier, la "Pigeon Air Patrol", son surnom officiel, survole les rues de Londres et envoie les données collectées directement sur son propre compte Twitter. Et comme leur notoriété est sans équivoque, les volatiles sont également localisables sur le site pigeonairpatrol.com, permettant ainsi aux Londoniens d'avoir accès aux données de pollution en temps réel et d'éviter les quartiers les plus meurtris.

Pour l'heure, les pigeons connectés ne sont encore que des cobayes d'expérimentation. Mais l'idée séduit et les autorités locales ont déjà prévu d'équiper une centaine de Londoniens des mêmes boîtiers magiques. Les heureux élus seront sélectionnés après avoir souscrit à une campagne de financement participatif pour s'offrir l'un des 100 boîtiers (entre 100 et 126 € l'unité). Le prix à payer pour être pris pour un pigeon. 


Si cette démarche peut faire sourire, elle n'en demeure pas moins sérieuse. Dans une étude du King's College (lien réservé à l'élite des anglophones, désolé) publiée l'année dernière, la pollution atmosphérique cause la mort de 40 000 personnes chaque année donc près de 10 000 Londoniens.

Des statistiques qui, au-delà du bilan humain, représentent de lourdes pertes financières s'élevant à quelque 20 milliards de livres pour le Royaume-Uni. La pollution fait partir l'argent en fumée. 

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Nos amies les bêtes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe