En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Marre de la ville ? Exilez-vous dans une micro-maison !

Le chemin de croix vers le calme et la tranquilité

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 18 oct. 2016

Antoine Lebrun

Marre de la ville ? Exilez-vous dans une micro-maison !

Au fil du temps, de plus en plus de projets prônant l’exil voient le jour. La faute à une vie urbaine parfois bien trop intense. Dernière création en date, celle de Dachi Papuashvili. Ce designer géorgien a imaginé une petite maisonnette autosuffisante inspirée de la vie monacale. Le parfait endroit pour une retraite éloignée de tout.

Le boulot vous insupporte, vos collègues vous sortent par les trous de nez et le vacarme de la ville tuent vos tympans à feu doux ? Alors plus rien ne vous retient : partez vous exiler dans la micro-maison imaginée par Dachi Papuashvili ! Dachi, c’est un designer géorgien plein de bonnes idées. Dans le même style que la maison bâtie autour d’un arbre ou la demeure modulable, l’invention du génial géorgien est le parfait lieu de retraite pour un moine (ou pas) désireux de troquer la folie du monde contre un peu de solitude.

Conçue pour une seule personne, cette maison verticale en forme de croix a la particularité d’être totalement autosuffisante. Le mariage parfait entre nature, calme et écologie. "En Géorgie, la construction de monastères avec des pierres et du ciment est très populaire. Ma tâche a consisté à concevoir un habitat pour une personne en recourant aux rebuts de matériaux de construction et avec moins de travail", explique Dachi Papuashvili.

Petite taille pour grand esprit

Dans ce logis original, le gain de place est le maître-mot. La bâtisse s’élève sur trois étages tous plus réduits les uns que les autres : rez-de-chaussée de 4 m², idem pour les premier et troisième étage, seul le deuxième plateau offre une surface digne de ce nom avec 12 m². Et s’il est bien un détail qui prend de la place, c’est l’escalier. Du coup, Dachi a décidé de remplacer les traditionnelles marches par des échelles. Mais aussi étonnant que cela puisse paraître, tout y est : cuisine, bureau, chambre, toilettes (sèches évidemment), douche, terrasse…et salle de prière. Eh non, la forme en croix n’est pas le fruit (défendu) du hasard.

Côté autonomie, la maison est une mine technologique. Le rez-de-chaussée est avant tout dédié au rangement de la nourriture et au stockage des eaux de pluie. On y trouve également des batterie reliées aux panneaux solaires placés sur le toit de la construction. Pour réaliser cette merveille rustique, le designer a récupéré deux containers de fret maritime qu’il a ensuite recouverts d’une couche de bois. Moralité : très peu de pertes de chaleur, une isolation totale et un style chalet ancien parfait pour trôner au beau milieu de la forêt. Enfin ça sera le cas si un acheteur se montre intéressé par le projet. On ne sait pas vous mais nous, on n’en doute pas une seconde. 

Source image : © Dachi Papuashvili

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe