En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Perύs, les sneakers qui envoient les péruviens à l'école

Un vrai bon moyen d'être bien dans ses pompes

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 29 déc. 2016

Perύs, les sneakers qui envoient les péruviens à l'école

Vous voulez venir en aide aux peuples dans le besoins sans avoir à bouger le petit doigt ? Foncez vous payer une paire de Perύs. Perύs, c’est la marque de sneakers de trois jeunes français qui, grâce à ses ventes, contribue à la scolarisation d’enfants au Pérou. Histoire de leur assurer un avenir gorgé de soleil.

Comme souvent, tout part d’un voyage entre potes. Armand, Nicolas et Henri décident d’aller voir du pays du côté de l’Amérique latine histoire d’émanciper un peu leur vision du monde. Alors qu’ils se pavanent dans une ruelle péruvienne, les trois comparses tombent sur une paire de sneaker totalement ornées de motifs incas bien stylés. Sous le charme, ils choisissent d’en tirer leur inspiration en créant la première collection Perύs, leur marque de baskets entre l’élégant et le respect des traditions ancestrales péruviennes. 

Notre souhait était de revisiter la tradition péruvienne. Les motifs font partis de la tradition des Andes, ancrée dans la culture inca. Chaque village a développé ses propres motifs. On les a choisis et renommés après des volcans du Pérou Henri Flouquet, co-fondateur de la marque

Ok, les pompes sont pas mal… Et après ? Si on a décidé de mettre le projet en lumière, c’est pas parce que les trois collègues sont nos potes mais bien parce qu’une démarche écolo se cache derrière tout ça. Confectionnées à la main par une quarantaine d’artisans triés sur le volet, les sneakers sont intégralement composées de matériaux made in Pérou. Mais au-delà des secrets de fabrication, c’est le partenariat entre la marque et une association qui détone le plus. 

Un pied dans la solidarité

Tombés sous le charme d’un pays où la scolarisation n’est pas forcément répandue chez tout le monde, les trois jeunots ont entrepris de s’associer avec l’association Los Chicos de Cusco, qui finance, depuis 2007, une école située à San Jeronimo, un village très pauvre de la région de Cuzco. C’est ainsi que naquit le programme Two Shoes For School.

Au Pérou, il y a bien une école gratuite mais aussi un problème de quadrillage géographique. Dès qu’on sort des villes, il y a un taux de scolarisation très faible. Les systèmes sociaux ne sont pas très matures, il y a encore beaucoup d’inégalités et le réseau de transport est très mauvais

Chaque paire achetée - disponible à des prix oscillant entre 65 et 75 € par ici - sert à financer un jour de scolarisation pour l’un des 100 enfants de l’école de San Jeronimo. Une chouette idée qui a fait des petits : d’après la rumeur, l’équipe de chausseurs-bienfaiteurs souhaite désormais créer un collège et un dortoir réservés aux enfants les plus éloignés de leur famille mais aussi de mettre en place des synergies entre l’activité de production et le programme scolaire.

On réfléchit à une formation professionnelle pour les parents des élèves de l’école. Il y a un fort taux de chômage et très peu de formations. Pourquoi ne pas créer un effet de réseau entre les deux activités ?

C’est vrai ça ! Et pourquoi ne pas essayer de changer le monde à grands coups de baskets ? 

Source image : © Perύs

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe