En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

"The Ocean Cleanup", l'aspirateur qui fait le ménage dans l'océan

Les déchets bientôt interdits de baignade

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 25 avr. 2016

Antoine Lebrun

"The Ocean Cleanup", l'aspirateur qui fait le ménage dans l'océan

Vous vous promenez sur une plage paradisiaque avec votre moitié. Tout est parfait et vous vivez un moment de plénitude. Mais soudainement, votre douce trébuche sur une bouteille éventrée de soda et s'écorche un morceau d'orteil. Pour éviter ce genre de déconvenue, un jeune néerlandais a crée "The Ocean Cleanup", une barrière géante capable de nettoyer l'océan. Une innovation génialement simple à l'essai aujourd'hui et qui prendra forme l'année prochaine.

Et si l’un des plus grands défis de l’Homme était rendu possible  grâce à un petit jeune ? En 2011, Boyan Slat, un jeune néerlandais de 16 ans passe du bon temps sur la plage aux côtés de ses parents. Mais très vite, cette farniente prend un goût amer lorsque l’adolescent constate avec dépit la quantité incroyable de déchets plastiques échoués sur les côtes. Encore lycéen à l’époque, Boyan Slat décide alors de s’intéresser de plus près au phénomène : pendant six mois, il tente de comprendre comment a-t-on pu en arriver à un tel stade. S’en suit une longue réflexion sur le sujet qui nous amène à aujourd’hui. 


Emprisonner les déchets

Devenu expert en matière de pollution aquatique, le jeune garçon met au point (sur papier) une barrière géante en forme de V capable de regrouper débris et déchets plastiques. Portés par les courants marins, les ordures de l’Homme s’acheminent naturellement vers le "piège" et restent emprisonnées contre la barrière. Une idée qui nettoie les océans et les respecte aussi puisque plancton et poissons n’y voient que du feu. 


Prototype en 2016, en place en 2017

Baptisé "The Ocean Cleanup", le projet arrive aux oreilles de chercheurs qui, après avoir étudié les pourtours de l’innovation, lancent une campagne de financement participatif. Celle-ci est un franc-succès et les fonds récoltés permettent d’accélérer le processus : un prototype sera cette année déployé au large des côtes de l’île de Tsushima entre le Japon et la Corée du Sud, haut-lieu de la pollution océanique. Le système devrait mesurer plus de deux kilomètres de long, faisant de lui la plus grande structure flottante de l’histoire. La preuve qu'on peut accoucher d'idées révolutionnaires à 16 ans. Le futur n'a pas de barrière.


Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier L'air part en fumée

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe