En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Un petit village déserté devient un modèle écologique

Le bonheur est dans l'écologie

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 22 sept. 2016

Un petit village déserté devient un modèle écologique

En France, nombreux sont les villages à mourir à feu doux, faute d’attractivité économique. A Saint-Pierre-de-Frugie en Dordogne, la fermeture des derniers commerces a chamboulé le projet municipal. Pour relancer la vie de sa commune, le maire a décidé de changer sa ville en un modèle d’écologie. Une idée salvatrice qui attire les foules depuis plusieurs semaines.

Quand tout fout le camp et que rien ne semble aller, à qui fait-on appel ? Ni à Superman, ni à l’église mais à l’écologie. Au fin fond du Périgord, le petit village de Saint-Pierre-de-Frugie en a fait la fructueuse expérience. Embarquée dans une lente déchéance, la commune s’éteignait à petit feu : les anciens décédés, les jeunots exilés, les rues désertées, la seule école et le dernier bistrot fermés… Sombre tableau, n’est-ce pas. Et c’est précisément dans ce moment de doute que la municipalité a décidé de prendre le virage écologique. 

Quand j’ai été élu (en 2008), le premier constat que j’ai fait, c’est que la commune où j’avais grandi avait changé […]. On était là, derrière les fenêtres avec Véronique, mon assistante. Les rues étaient désertes. On s’est dit : on doit bien pouvoir faire quelque chose. Gilbert Chabaud, maire de Saint-Pierre-de-Frugie pour La Dépêche du Midi.

Et ce quelque chose, c’était de transformer le village en un modèle d’écologie. Du haut de ses 400 habitants, Saint-Pierre-de-Frugie s’est trouvée une nouvelle spécialité. Alors que le monde n’a de cesse d’accélérer sa cadence, la mairie du village de Dordogne a pris le contre-pied des conventions en tournant le dos à cette "civilisation de l’hyper". 

L’écologie, cet attrait touristique

Et le programme est plus que chargé : interdiction des pesticides et traitements phytosanitaires, passage à la permaculture, ouverture de neuf sentiers de randonnée, rénovation du patrimoine avec des matériaux 100% écologiques, (ré)ouverture d’un bistrot-épicerie “bio” avec mise en valeur des produits locaux ou encore création d’une école de pédagogie alternative Montessori (pas de panique, on vous explique ce que c'est juste ici). Non, le maire et son n’équipe n’ont vraiment pas fait semblant pour redonner de l’élan à une commune aujourd’hui redevenue un endroit où il fait bon vivre. 

C’est un cercle vertueux. [Il ne se passe] pas un jour sans que des gens appellent pour nous demander s’il y a des maisons à vendre à Saint-Pierre. Irène Brouillaud, assistante du maire

Résultat : les randonneurs n’ont jamais été aussi nombreux, l’ancienne école transformée en gîte rural accueille de nombreux visiteurs friands d’écotourisme et la nouvelle école a doublé ses effectifs. 

Un franc succès qui pousse Monsieur le Maire à continuer sur la même voie. Prochain objectif : l’autonomie énergétique. Une belle histoire que Gilbert Clabaud en personne a su résumer à travers une philosophie implacable : “[J’imagine] un musée à l’envers où, au lieu de raconter comme c’était mieux avant, on montrera comme l’avenir peut être joyeux à l’aune de notre expérience.



A lire sur Hello Demain : le village où l'eau est quasi cadeau

Source image : © Rhonetourisme / Wikipédia / Rurality / Youtube

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe