En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Un référendum aux mégots

Pour que la démocratie ne parte pas en fumée

Ecrit par Fanny Rabu Publié le 13 mai 2016

Fanny Rabu

Un référendum aux mégots

Mauvais élèves de l'Union Européenne, les Français résistent encore et toujours aux prix exorbitants des paquets et achètent chaque année près de 60 milliards de cigarettes. Autant de mégots qui, une fois jetés dans la nature, polluent pendant une douzaine d'années avant de disparaître. Notre chroniqueuse Fanny Rabu a la tête qui fume face à tant de déchets. Elle a ciblé quelques solutions novatrices.

Attention spoiler digne du réveil de Jon Snow à la fin de l'épisode 2 d'une série bien connue : fumer tue. Jusque là on ne vous apprend pas grand chose (sauf peut-être pour Jon, désolée).

Parlons plutôt des mégots, ces petits bouts d'on-ne-sait-trop-quoi qui restent une fois la fumée inhalée et qu'on jette nonchalamment par terre avant de vaquer à nos occupations. Les chiffres sont alarmants : à lui seul, un mégot peut polluer 500L d'eau, ou 1m3 de neige s'il fait plus froid.

Face à ce constat, Hubbub, une start-up sociale londonienne, a eu l'idée judicieuse de collecter les mégots grâce à des poubelles originales. Le principe est simple : la poubelle vous propose un dilemme et vous répondez en jetant votre mégot dans l'emplacement choisi. Des joueurs de foot préférés aux débats politique en passant par les super-héros, il y en a pour tous les goûts. Alors, la Loi Travail, pour ou contre ? (On plaisante, on en parle bien assez ailleurs)


Lancée depuis moins de 6 mois, l'opération est un succès et l'entreprise vend le modèle personnalisable pour un prix plus que raisonnable de £195. Madame Hidalgo, si vous nous lisez... (bien sûr que vous nous lisez). 

Les mégots, on ne va pas s'asseoir dessus ? Bah si !

Récupérer les mégots, c'est bien beau mais on fait quoi après ? Hello Demain a trouvé son coup de coeur : changer ses cadavres de cigarettes en chaises de jardin ! 

Tom Szaky, un jeune américain, a développé un procédé ingénieux permettant de fabriquer du plastique à partir des filtres de cigarettes. Son entreprise, TerraCycle, recycle chaque année des milliers de mégots : la matière organique (papier, tabac) est transformée en compost spécial et les filtres sont mélangés à d'autres composés afin de produire des plaques de plastique qui pourront être réutilisées dans le secteur de la construction ou tout simplement en mobilier.


Pour inciter à participer aux collectes, TerraCycle a lancé "les Brigades des mégots" et cherche aujourd’hui à développer ses partenariats avec les entreprises et collectivités locales. Pour vous joindre au projet, c'est par ici

Alors fumez si vous voulez, mais collectez, votez et recyclez nom d'une pipe !

Source image : © fastcoexist.com

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier L'air part en fumée

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe