En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

"Baby Cries Translator", l'appli qui traduit les pleurs de bébé

Pour ne pas faire pleurer votre enfant, ne faîtes pas comme George : mouchez-vous !

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 27 juin 2016

"Baby Cries Translator", l'appli qui traduit les pleurs de bébé

Rien de pire qu’un bébé inconsolable pour une raison qu’on ignore. Si certains parents ont un self-control à toute épreuve, d’autres frôlent l’infanticide à la moindre crise de larmes de leur chérubin. Pour éviter le drame, des développeurs de Taiwan ont créé Baby Cries Translator, une application ciblant le motif des chagrins des bébés de moins de 6 mois. Une aide révolutionnaire pour parents aux tendances tortionnaires.

"Ouiiiiiiin ouiiiiiiiiin !" C’est à très peu de choses près le cri que fait un bébé quand il pleure. Rage de dents, coup de fatigue, grosse faim ou couche pleine… Peu importe la raison, le hurlement est bien souvent le même. Une régularité qui complique la tâche de parents pas toujours capables de comprendre pourquoi leur bambin verse toutes les larmes de son corps. Ca énerve, ça casse les oreilles et ça fend le coeur en même temps. Trop de sentiments. Mais imaginez un peu un monde dans lequel votre bébé vous indiquerait, de par l’intensité de son cri, la raison qui le pousse à être si déprimé… Une équipe de chercheurs taïwanais a développé "Baby Cries Translator", une application qui traduit les pleurs des nourrissons de moins de 6 mois pour nous en donner la raison. Vous saurez vous aussi parler la langue des bébés.

Abréger les souffrances de bébé…et les vôtres

Quinze petites secondes. C’est tout ce qu’il faut à l’application pour déterminer la raison des cris de bébé. Comment faire ? Tout simplement en enregistrant, avec votre smartphone, un morceau de cette douce mélodie tout droit sortie des babines de votre bambin. La composition est alors sauvegardée et comparée avec les 300 000 sons de nouveau-nés compilés par les chercheurs au Centre hospitalier national de Taïwan qui en ont vraiment pris plein les oreilles. Et le verdict tombe. Selon Chuan-Yu Chang, l’un des responsables de la brillante escouade de génies à l’origine de l’invention, le programme atteint 92% de réussite pour les nourrissons de moins de deux semaines. Pour les bébés âgés d’un à deux mois, elle baisse à 84 % puis à 77 %après 4 mois. De quoi réduire la tristesse de votre enfant tout en allongeant vos nuits. ZzzzZZZzzz…

« Melissa, non ne pleure pas, wohou-wohou-wo »

Lancé dans le grand bain des applications smartphones 2015, l’outil honoré d’un prix d’innovation par le gouvernement taïwanais l’année précédente a déjà conquis plus de 10 000 parents dans le monde. Disponible en chinois, japonais et anglais, "Baby Cries Translator" est disponible à 2,99€ sur AppStore et Android. A 25 ans, Clémentine Berchet vient de mettre au monde sa première progéniture, il y a tout juste 3 mois. Curieuse et "membre" de la génération iPhone, elle a téléchargé l’appli, "juste pour voir". "C’est très simple et le design n'est pas mal du tout, explique la jeune maman. Après on ne peut jamais vraiment être sûr que le verdict est le bon, mais à chaque fois que j’ai écouté l’application, Melissa (sa fille, ndlr) avait faim, était fatiguée ou avait un cadeau dans la couche. Avec le temps, j’essaie de comprendre toute seule ce que veut mon bébé lorsqu’il pleure. Pour ses futurs frères et soeurs, j’espère pouvoir tout savoir sans avoir à utiliser la technologie." Rien ne vaut l’oreille maternelle. 

Taiwan, tout sauf l’île aux enfants

Tous les développeurs de l’innovation sont originaires de Taïwan, une île high-tech à la pointe de la recherche et du développement. Mais paradoxalement, Taïwan est aussi l’un des territoires où le taux de natalité est le plus faible au monde (0,9 enfant par femme). La faute à un coût de la vie très élevé, privilégiant les carrières professionnelles à la construction familiale. Un comble. Heureusement, Chuan-Yu Chang, à la tête du projet, est lui père. Il s’y connaît donc un minimum en matière de chérubins. "Par ma propre expérience de père, je sais que quand le bébé pleure, il arrive que les parents eux-mêmes aient envie de se mettre à pleurer, témoigne-t-il. Les humains ont des émotions et font des erreurs. L'application ne devient pas nerveuse. Elle lit simplement les résultats.Quand la science adoucit les moeurs.

Source image : © reddit.com / theparentjournal.com

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les génies du futur

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe