En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La bicyclette, nouvelle petite reine de Copenhague

Quand deux roues tournent plus vite que quatre

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 2 déc. 2016

Antoine Lebrun

La bicyclette, nouvelle petite reine de Copenhague

Deux roues suffisent à Copenhague. Pour la toute première fois de son histoire, la capitale danoise compte aujourd’hui plus de vélos que de voitures. Un résultat impressionnant porté par une politique rondement menée. La route tourne.

Beaucoup en rêvaient, Copenhague l’a fait. Au Danemark, la réalité a dépassé la fiction d’un futur radieux. Pour la première fois, le nombre de bicyclettes a surpassé, en novembre, le nombre de voitures sillonnant les rues. Une tendance significative d’une politique urbaine menée de mains de maitres par la municipalité. Avec un peu plus de 35 000 vélos supplémentaires comptabilisés depuis le début de l’année, Copenhague peut désormais se vanter d’afficher un ratio de 265 700 bicyclettes contre 252 600 voitures. Anne Hidalgo bave d’envie. 

Le résultat d’un travail harassant et fructueux. En 1970, la mairie de Copenhague organise un décompte manuel du nombre de véhicules circulant dans les rues de la ville. A cette époque, les automobiles sont alors 3 fois plus nombreuses que les deux roues (environ 351 000 contre 100 000). Mais plus les années passent et plus l’écart entre les deux bolides se resserre. Bien consciente que l’histoire est en marche, la mairie décide alors d’installer des machines de comptage automatiques aux quatre coins de la cité : il y en a plus de 20 aujourd’hui. 

+ 15 % de cyclistes l’année dernière

Forte de cette révolution, Copenhague aperçoit la lumière au bout du tunnel : "en 20 ans, le nombre de vélos a augmenté de 68 %", explique The Guardian. Une juste récompense après des années d’investissements. En 2005, 135 millions d’euros sont injectés dans le développement des infrastructures dédiées aux deux roues. Dans le même temps, plusieurs centaines de kilomètres de pistes cyclables ainsi que des ponts réservés aux piétons et cyclistes fleurissent un peu partout. Un pari sur l’avenir. 

En dépit de l’augmentation constante de la population, c’est un turnover totale qui se met alors en place. L’an dernier, le trafic automobile baissait de 1 % tandis que le trafic cycliste progressait…de 15 %. Objectif atteint, on arrête tout du coup ? Oh que non ! Le mois dernier, les habitants de la ville ont été appelés à cibler les quelques zones dépourvues de pistes cyclables. Résultat : plus de 10 000 réponses en 12 jours qui serviront à la prochaine mise en place d’un plan de développement de pistes cyclables entre 2017 et 2025. 

La capitale danoise roule donc tranquillement sur la route du succès et de l’air respirable. Un doux parfum de victoire qu’Amsterdam a reniflé en 1995 lorsque les voitures ont, aussi, laissé leur suprématie aux deux roues sans moteur. Quand deux roues tournent plus vite que quatre. 

Source image : © Antoine Lebrun / Ryan Air

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Emporté par la foule

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe