En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La Google Car se paie un autobus

La technologie n'a pas (encore) les réflexes d'un vieux briscard de la route

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 2 mars 2016

Antoine Lebrun

La Google Car se paie un autobus

La voiture sans conducteur de Google a été impliquée dans un accident le 14 février dernier. Un léger accrochage qui rappelle que la technologie n'est pas encore tout à fait au point. Vous autres férus de conduite avez encore de beaux jours devant vous.

Qui a bien pu signer le constat ? Le géant Google a admis lundi qu'une de ses voitures autonomes avait sa part de responsabilité dans un accrochage. Survenu le 14 février sur une route de Californie, l'accrochage s'est déroulé à petite vitesse. Sans pilote à son bord, la Lexus "folle" a heurté un autocar. Les coups de klaxon du pauvre chauffeur n'ont donc servi à rien. Un petit accroc certes mais un premier revers pour le cerveau informatique du bolide.


Sans volant, sans conducteur, sans pédales... par lemondefr

La Google Car, cette grande naïve

"Nous essayons tous d'anticiper les mouvements des uns et des autres, a expliqué Google dans un rapport portant sur les performances de ses voitures sans conducteur. Dans ce cas-là, nous avons clairement une responsabilité parce que si notre voiture n'avait pas bougé, il n'y aurait pas eu de collision."

Entrons dans les détails à présent : la Lexus incriminée circulait tout près de Mountain View, où se trouvent les sièges de Google et de sa maison mère Alphabet, avec un conducteur de secours prêt à prendre le volant en cas de besoin. On dirait qu'une place de pilote de secours chez Google vient de se libérer... (Pour postuler c'est ici, mais bon courage, Google reçoit environ deux CV par minute.)

Sur le point de tourner à droite, la voiture s'est stoppée en détectant des sacs de sable sur son chemin. Après avoir laissé passer plusieurs véhicules, la Google Car s'est glissée dans la voie centrale, estimant que l'autocar approchant s'arrêterait. Règle numéro un : ne jamais penser qu'un poids-lourd vous cédera le passage !

C'est en tombant qu'on apprend à rouler

Lors du choc, la Lexus roulait à environ 3 km/h alors que le mastodonte arrivait à 24 km/h. David contre Goliath. Un accident plutôt bien venu puisque le groupe en a profité pour modifier le logiciel afin de "mieux comprendre" l'une des vérités de la vie : les autocars et les autres gros véhicules sont moins susceptibles de vous laisser passer. On vous entend déjà, fiers comme des paons : "Quelle idiote cette Google Car !" Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls ! 

"Cet accident est une nouvelle preuve que la technologie de voiture-robot n'est pas prête pour le pilotage autonome et qu'un conducteur humain est nécessaire pour prendre le relais si quelque chose tourne mal", a commenté John Simpson, directeur de l'organisation de consommateurs Consumer Watchdog. Quelqu'un pour rappeler à ce cher John qu'il y avait bien un humain dans la voiture ? Une chose reste néanmoins sûre : Google Car ou pas, les voitures sans pilote n'en font qu'à leur tête. La preuve.

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Les bolides de demain

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe