En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

A Ris-Orangis, le plus grand bâtiment en bois massif d'Europe

Jolie gueule de bois en perspective pour le béton armé

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 3 août 2016

Antoine Lebrun

A Ris-Orangis, le plus grand bâtiment en bois massif d'Europe

Ris-Orangis, c’est le turfu ! La ville d’Essonne accueillera, en septembre prochain, un immeuble de 4 étages entièrement conçu en bois massif. Ecologique et plus performante à tous niveaux, cette construction donne la gueule de bois au béton armé. Gros plan sur un projet déjà plébiscité.

Ris-Orangis va nous montrer de quel bois elle se chauffe. Au coeur de l’Essonne, un vaste immeuble de logements HLM prépare son entrer en bord de Seine. Fort de ses 4 étages et 140 logements, celui-ci est tout simplement le plus grand bâtiment en bois massif d’Europe. Une grosse réussite à l’empreinte carbone minimale dont la livraison est prévue pour septembre prochain Quai de la Borde. 

Un chantier dont l’architecte Jean-Michel Wilmotte rugit de fierté pour nos copains d’Actu Environnement : "nous avons mis au point un immeuble modèle qui va marquer une étape dans nos modes de construction". Avant d’expliquer son enthousiasme : "cette écologie ne se contente pas de mesurer les économies d’énergie à l’exploitation, mais prend en compte le cycle de vie entier de l’immeuble, avec sa construction et son évolution. Et il n’y a rien de plus agréable que d’habiter dans du bois massif". Une homme heureux. 

Lourdement armé, le béton ne fait pas le poids

Attaquons un peu le gros-oeuvre : le bois, d’origine bio, recyclable et importé d’Autriche, dispose de parois 15 fois plus isolantes que son concurrent le béton armé, en plus d’être bien plus respectueux de l’environnement. De quoi enlever un peu de sel à la facture de chauffage et réduire le réchauffement climatique. Si le chantier paraît colossal à vue de nez, l’assemblage des différents éléments (murs, planchers, plafonds,…) n’a duré que 6 jours, le tout avec peu d’effluves poussiéreuses et sonores. 

Mais ça n’est pas tout : avec moins de déchets et surtout moins d’eau utilisée, la construction a aussi limité les véhicules puisqu’elle a nécessité 8 fois moins de camions grâce à la "légèreté" du bois (500 kg/m3 contre 2 500 kg/m3 pour le béton armé). Pas de match. 

Un, deux , trois, nous irons au bois

La vie dans le bois, ça donne quoi ? C’est pas la même ! De la diffusion du son à la sensation de chaleur en passant par l’isolation thermique et l’étanchéité à l’air, le matériau met tout le monde d’accord. Il a beau être lourdement armé, le béton ne fait et ne fera jamais le poids. Des statistiques bluffantes qui ont poussé l’Etat à faire des constructions en bois une priorité pour l’avenir. Et la voie de l’avenir nous vient tout droit de Ris-Orangis. Qui l’eût cru ? 

Source image : © Le Monde / Challenges

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe