En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Bienvenue à Escuela Sustentable, l’école du développement durable

Quand la culture passe par la tête et les mains

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 12 juil. 2016

Bienvenue à Escuela Sustentable, l’école du développement durable

Dans un minuscule village du sud de l’Uruguay, une école d’un nouveau genre a vu le jour. Son nom : Escuela Sustentable. Construit avec des matériaux recyclés et écologiques, l’établissement accueille une centaine d’élèves avides d’éco-responsabilité et de bonnes manières. Coup de projecteur sur projet porteur.

L’Uruguay. Voilà une destination qui sent bon le soleil et le dépaysement. Mais avant d’être une station touristique prisée, la cité sud-américaine est aussi et surtout en proie à d’importants problèmes sanitaires et éducatifs. Si l’Uruguay possède le plus fort taux d’alphabétisation d’Amérique latine, le pays manque paradoxalement d’équipements scolaires dignes de ce nom (en campagne surtout). Dans le même temps, les déchets s’accumulent en centre-ville sans que des solutions ne soient trouvées pour s’en débarrasser. Et ça, l’association TAGMA en a eu ras la casquette. Alors elle a décidé de débuter la construction d’une école 100% durable à base de déchets et complètement autonome en énergie. Histoire de nettoyer un peu le pays tout en inculquant les bonnes manières aux futurs concitoyens. 

Depuis le début de l’année, la petite ville de Jaureguiberry a trouvé un sens à son existence. Jaureguiberry, c’est une petite station balnéaire de 458 habitants située à l’extrême sud du pays. 458 habitants auxquels se sont subitement ajoutés plus de 200 bénévoles venus du monde entier pour participer à la construction d’un bâtiment unique : l’Escuela Sustentable, littéralement "école durable". Pas de place pour le secret. Dans cet établissement novateur, 60% des structures sont fabriquées avec des déchets. Entre canettes, bouteilles en plastique, cartons et vieux pneus crevés, les 100 écoliers venus de la campagne profonde peuvent étudier dans la joie et l’éco-responsabilité.

Lumières éclairées et gosiers rassasiées

Une construction écolo, c’est bien. Une construction autosuffisante, c’est mieux. En plus de nettoyer les rues, l’Escuela Sustentable est également conçue pour s’auto-approvisionner en énergie. Son toit, entièrement recouvert de panneaux solaires, génère de l’électricité et du chauffage pour l’ensemble de l’école. Energie : check ! Pour les ressources en eau, la bâtisse s’est spécialisée dans la récupération, le traitement et le stockage des eaux de pluie. Résultat : salles de bain, cuisine et même potager sont tous alimentés naturellement. Eau : check aussi !

Quand sonne l’heure du repas, les assiettes se remplissent de bonnes choses. Et on ne parle pas de nuggets et autres produits industriels : pour les enfants, c’est légumes bio au menu. Mais attention, pas n’importe lesquels, les légumes issus des petites cultures biologiques de l’école, s’il vous plaît. Car le jardinage fait partie intégrante de l’enseignement apporté par l’établissement. Les écoliers sont invités à reproduire leurs gestes écolos une fois rentrés chez eux. L’objectif : faire de ses enfants des citoyens modèles capables de valoriser les ressources les moins onéreuses.

Le bébé du parrain de l’architecture écolo

Au total, la construction s’étend sur 270 m2. Une surface tout droit sortie de la tête de Michael Reynolds. Derrière ce nom digne des plus gros blockbusters se cache le chef de file de l’architecture écologique. Dès les années 60, Reynolds fait parler de lui grâce à ses recherches et expérimentations pour une architecture alternative et novatrice basée sur des matériaux recyclés. Mais c’est en 1972 que l’expert américain concrétise son rêve : une communauté expérimentale constituée de plus de 70 maisons écologiques sort de terre à Taos, au Nouveau-Mexique. Le concept d’Earthship est né. 

L’idée de Michael Reynolds se répand alors dans le monde entier et fait de nombreux émules autour du globe. C’est en alliant ses forces celles de l’ONG TAGMA qu’il forme des bénévoles (via Earthship Biotecture, son entreprise) et donne naissance à l’Escuela Sustentable. Et le duo de choc n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et espère pouvoir ouvrir de nouveaux établissements du même genre dans d’autres villages dépourvus d’école publique. On n'est pas trop mauvais niveau éducation en France mais vous êtes les bienvenus chez nous. Au cas où hein... 

Source image : © unaescuelasustentable.uy

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Déchets et gestes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe