En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Emirats arabes unis : faire une montagne pour amener la pluie

De l'argent comme s'il en pleuvait

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 10 mai 2016

Antoine Lebrun

Emirats arabes unis : faire une montagne pour amener la pluie

Pour pallier la sécheresse, le gouvernement des Emirats arabes unis souhaite repousser les limites du possible. Le pays du Golfe a embauché des experts du Centre nationale de recherche atmosphérique américain (NCAR). Leur mission ? Construire une montagne artificielle pour apporter la pluie. 

Du ski en plein désert ? Pas de problème ! La plus haute tour du monde au milieu de nulle part ? Un jeu d’enfants ! Après avoir réalisé de nombreuses folies, les Emirats arabes unis sont sur le point de repousser les limites de la nature. Dans le pays où le pétrole coule à flot, la pluie se fait rare. Conséquence : des sécheresses en veux-tu en voilà. En moyenne, il y pleut 13 jours par an (126mm contre 585 mm à Paris par exemple). Pour pallier ce problème majeur, le gouvernement réfléchit à des alternatives. Des alternatives qui, évidemment, coûtent un bras. 


En février 2015, le Centre national de météorologie et de sismologie des EAU débute un partenariat avec les experts en recherche atmosphérique américains. L'objectif ? Plancher sur la construction d’une montagne artificielle. Pour 400 000$, les EAU dessinent les premiers contours d’une révolution météorologique visant à leur apporter la pluie.

De l’eau et débats

Pourquoi des montagnes ? Tout simplement parce que les sommets ont un impact prépondérants sur les perturbations. Les montagnes interceptent le circuit de l’air, impactant ainsi conditions et températures. En termes plus simples, la présence d’un sommet pousse l’air à passer au-dessus, ce qui crée des nuages qui peuvent amener la pluie (il est également prévu que ces nuages soient artificiellement ensemencés afin d’augmenter leur condensation). 


Le projet est colossal et sa réalisation épineuse. Roelof Bruintjes, scientifique et chercheur qui dirige le Centre nationale de recherche atmosphérique américain (NCAR), a fait part des calculs complexes au site Arabian Business : "Nous sommes encore en train de faire des ajustements, donc nous sommes en train de calculer toutes les questions de hauteurs, de largeurs et de lieux [en même temps que] nous étudions la climatologie locale".

Le gouvernement descend de son petit nuage

Un premier rapport devrait être rédigé cet été. Le rêve prend donc forme. Mais pour le Pr. Bruintjes, l’argent pourrait faire défaut aux E.A.U. Un comble. "Si le projet est trop cher pour le gouvernement, clairement il ne verra pas le jour, mais cela leur donne déjà un aperçu des alternatives possibles dans le futur […]. Si cela aboutit, la deuxième étape passera par une entreprise d’ingénierie qui établira sa faisabilité."


En réalité, le gouvernement émirati à d’ores et déjà choisi sa solution préférentielle. En 2015, près de 500 000€ ont été investis dans la recherche au sujet de l’ensemencement de nuages. La difficulté réside donc dans la production de ces nuages. S’il est possible de les charger de pluie, les faire apparaître par enchantement reste un fantasme. D’où la montagne. Mais d’après le site Motherboard, la construction de cette dernière pourrait coûter une centaine de milliards de dollars... De l’argent comme s’il en pleuvait.

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Les temps changent

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe