En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La seconde jeunesse des containers maritimes

De la mer à la terre : quand les vieux containers deviennent des jolies studios

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 2 nov. 2016

La seconde jeunesse des containers maritimes

Le container, c’est LE logement en vogue. Pratique, hyper écolo et peu onéreuse, la vie en container séduit un public grandissant à travers le monde. Et la tendance arrive en France puisqu’une jeune architecte a lancé la première société française spécialisée dans le domaine. Conceptcub propose des logis pour des prix minis qui devraient ravir les écolos économes.

On sait : ça fait plusieurs fois qu’on vous parle de containers ! A tel point que vous commencez à vous dire qu’on manque sérieusement d’inspiration chez Hello Demain. Sauf qu’il s’agit cette fois de containers dont on peut être fiers. Vous l’avez bien compris, cette invention est franco-française. Et le made in France, on ne peut vraiment pas passer à côté.

Le container jouit de nombreux avantages : amovible et écolo, il prend très peu de place, peut être monté à peu près n’importe où (même sur l’eau, c’est dire…) et représente un investissement relatif qui devrait vous permettre de survivre à côté. Ces aspects, l’architecte Priscilla Juin les a bien ciblés. Un nom qui sent bon le soleil faisant équipe avec une mentalité d’entrepreneuse. Sa société, Conceptcub, est unique en France et parvient à transformer des containers maritimes en bureaux ou studios pour particuliers.

De la mer à la terre

Cette idée, Priscilla Juin la doit à sa ville d’origine : Dunkerque. La cité nordique abrite le premier port français, notamment précieux pour l’importation de fruits, de minerais et de charbon. Autant dire que les abris sont légions dans le coin. 

Je veux montrer aux clients le meilleur de ce qu’on sait faire. Je les avais déjà utilisés [les containers] pour ma thèse dans le cadre de mon diplôme d’architecture, pour réhabiliter l’ancienne halle du môle 3 [Halle aux sucres de Dunkerque], en zone commerciale avec des rues piétonnes Priscilla Juin pour le quotidien local 'Le Phare Dunkerquoi'

Diplômée de l’École nationale d’architecture de Paris La Villette, la jeune entrepreneuse n’est pas seule dans son projet. Elle fait équipe avec Arnaud Vandermeussen, spécialisé dans la création de bâtiments avec des containers pour les professionnels. Tiens, tiens… Bien aidée par le réseau de fournisseurs en matières premières de son collaborateur, Priscilla Juin compte bien envahir un marché forcément demandeur.

Le plus difficile est l’isolation. Avec le métal, il y a beaucoup de condensation, d’où un coût important

Un coût important, c’est bien là le problème ! Le prix du container brut a augmenté de 15% pour atteindre une valeur de 3 000 euros hors taxes. Un obstacle surmonté par Priscilla qui parvient tout de même à proposer, clé en main, des bureaux de 5m² à 16 500 euros et des studios de 13 à 28m² de 28,600 à 42.000 euros. Pas la peine de chercher moins cher ailleurs, y’a rien de mieux sur le marché de l’immobilier.

Dans les studios de l’architecte (aussi appelés Cubrooms), tout le confort nécessaire : salle de bain et kitchenette reliés à un réseau électrique, menuiseries en PVC, portes vitrées et bardage extérieur. L’installation est au point et c’est tant mieux puisque Priscilla Juin s’apprête à rencontrer ses premiers clients potentiels. On lui souhaite au moins autant de succès que le projet similaire proposé aux étudiants suédois. 

Source image : © Conceptcub

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe