En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Le mur anti-pipi débarque à Bordeaux : tremblez fêtards !

Qui pisse contre un mur se rince les chaussures

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 30 mars 2016

Antoine Lebrun

Le mur anti-pipi débarque à Bordeaux : tremblez fêtards !

Les fêtards en font leur spécialité. Uriner contre les murs est devenu une activité répandue et ludique à la sortie des bars. Avant que des concours ne commencent à fleurir aux quatre coins du monde, des villes ont décidé d'agir contre cette tendance nauséabonde. La ville de Bordeaux s'est lancée à l'assaut des "pourrisseurs de murs" en prévoyant d'installer des murs anti-pipi dans ses rues populaires à la nuit tombée.

Vous sortez d'une soirée bien arrosée. Et comme un idiot, vous avez encore oublié d'aller vous soulager avant de quitter vos amis. Manque de pot, votre taxi n'arrive que dans 15 minutes et vous n'en pouvez plus. Votre vessie vous lâche un peu plus chaque seconde. C'en est trop : vous décidez de vous laisser aller en plein cœur de la rue, contre ce mur qui vous fait de l’œil depuis de longs instants. C'est interdit mais personne ne vous verra en cette sombre nuit. N'ayez pas honte, nous l'avons tous fait un jour... En revanche, le mur que vous aspergez sans retenue pourrait bien vous rendre l'appareil (sans jeu de mot tendancieux, promis).


Comme Hambourg et San Francisco avant elle, la mairie de Bordeaux a décidé d'expérimenter le mur anti-pipi. Recouvert d'une peinture hydrophobe, ce mur pratique la technique ancestrale de l'arroseur-arrosé. En d'autres termes : qui osera se vider sur lui verra sa déjection ruiner ses baskets flambant neuves. Cette innovation sera dans un premier temps testée dans la rue du Cellier dans le centre-ville de Bordeaux avant d'être, en cas de résultats concluants, exportée dans d'autres hauts lieux de la nuit girondines. 

L'initiative est arrivée aux oreilles de la municipalité grâce à une riveraine. Dégoûtée par les effluves nauséabondes provenant des murs de sa belle ville, elle a parlé de ce mur vengeur à sa mairie. Réponse des élus : "Pourquoi pas, puisque la propreté reste une des préoccupations principales des riverains".

Problème : il n'est pas certain que la peinture magique soit efficace sur la pierre blonde de Bordeaux. "Nous avons acté le test, mais nous n'avons pas encore les devis et la date de pose des peintures, précise Emilie Kuziew, maire adjointe du quartier de Bordeaux-Sud au quotidien Sud-Ouest. Nous ne savons pas non plus comment ce type de produit va réagir sur des murs en pierre".


De la peinture «anti-pipi» sur les murs d'une... par 20Minutes

Autre frein important : recouvrir une surface de 6 m2 revient à 500€... Un budget conséquent qui freinerait bien des ambitions. Mais conserver le confort olfactifs des riverains est une priorité. Mieux vaut dépenser un peu plus pour anéantir ce fléau. D'autant plus que l'argent n'a pas d'odeur.

Bien que coûteuse, l'idée a le mérite d'être utile. Ça n'est d'ailleurs pas un hasard si des villes comme Paris et Genève songent également à mettre en place cette nouvelle arme anti-crado. Les tests nous diront si l'initiative porte ses fruits ou si c'était comme pisser dans un violon.

Source image : ©boweryboogie.com

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Droit dans mes bottes

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe