En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Sur la Seine : quand le sport tombe à l’eau

Le sport n’a pas fini de nous mener en bateau

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 6 déc. 2016

Antoine Lebrun

Sur la Seine : quand le sport tombe à l’eau

Tous les moyens sont bons pour nous motiver à reprendre le sport. Un studio de design a mis au point le Paris Navigating Gym, un audacieux projet de salle de sport flottante entre le pédalo et le bateau mouche. Equipé de vélos, l’embarcation naviguera au rythme des coups de pédales de l’équipage. Une innovation qui va faire des vagues.

Les fêtes approchent. Et comme chaque année, les jours qui suivront le combiné fatal Noël-Jour de l’an seront accompagnés de leur lot de bonnes résolutions et autres mises au vert. Depuis 1992, vous répétez chaque premier de l’an : "Trop d’excès là… D’ici quelques jours, je me remets au sport !" Bel enthousiasme. Mais depuis 1992 aussi, vous revenez sur vos bonnes volontés à la vitesse de la lumière. Ah ça, pour changer d’avis, vous êtes une flèche ! Vous êtes bien sympa, on a même tendance à vouloir vous faire confiance… Mais maintenant ça suffit : vous vous êtes assez moqué de nous, il est l’heure de vous jeter à l’eau ! 

Bingo : il se trouve que la métaphore de l’eau colle parfaitement au sujet qui nous intéresse… Depuis quelques années, Carlo Ratti tente, comme nous tous, d’imaginer la ville du futur. Sauf que le bel italien a la chance d’être un architecte connu et reconnu au sein de son cabinet de design rattaché au Massachusetts Institute of Technology (le fameux MIT). Récemment, Carlo s’est mis en tête de s’attaquer à Paris. Son idée : un concept de salle de fitness flottant sur la Seine, des sportifs à bord. A mi-chemin entre le bateau mouche et le pédalo. Son nom : le Paris Navigating Gym.

Rouler des mécaniques

Petit malin qu’il est, Carlo Ratti a imaginé un système 3 en 1. Proposer un exercice physique, faire naviguer le bateau et renseigner sur la notion de puissance électrique. Dans les faits, ça donne un cercle sacrément vertueux : les sportifs grimpent sur des vélos installés sur la plate-forme et pédalent comme des dératés. Une débauche d’énergie qui sert à propulser le bateau dans le eaux du fleuve. 

Il est fascinant de voir comment l'énergie générée par une séance d'entraînement à la salle de gym peut effectivement aider à propulser un bateau. Il fournit à l'individu une expérience tangible de ce qui se cache derrière la notion souvent abstraite de puissance électrique Carlo Ratti pour le site Designboom

Flotter sans bouée

Pas mal… Mais on fait quoi si les cyclistes en herbe préfèrent faire la grasse mat’ ? Ne vous en faîtes pas, Carlo est bien conscient de notre flemmardise chronique. C’est pourquoi il a la chouette idée d’installer des panneaux solaires sur la structure flottante en cas de coup de fatigue des guibolles. 

Développée en partenariat avec Technogym, spécialisé dans l’équipement sportif nouvelle génération, et Terreform One, déjà à l’origine d’un projet similaire en 2008, la plate-forme devrait mesurer 20 mètres de long et être entouré de vitres (ouvrables les jours de beaux temps !) afin de permettre aux passagers de jouir d’une vue imprenable sur les bords de Seine. Une vue qui se mérite.
Au total, 45 personnes pourront s’installer sur leur vélo, prêts à en découdre avec les excès passés. Mais les sportifs n’auront pas le privilège de l’innovation : le bateau pourra aussi faire office de salle de réception. Les vélos en moins. 

Source image : © Fubiz / DesignBoom / Carlo Ratti

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Dossier Emporté par la foule

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe