En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Téléval 2021 : l'Île-de-France attend son téléphérique urbain

Les transports publics vont bientôt prendre de la hauteur

Ecrit par Antoine Lebrun Publié le 20 juil. 2016

Téléval 2021 : l'Île-de-France attend son téléphérique urbain

Le transport urbain va vivre sa révolution. En région parisienne, 13 projets de téléphérique urbain sont à l’étude. L’un d’entre eux devrait d’ailleurs aboutir en 2021. Reliant Créteil à Villeneuve-Saint-Georges en un temps record, l’installation vend du rêve. Et ne devrait pas rester unique bien longtemps.

L’île-de-France prépare l’avenir. Parmi les 13 projets de transports aériens à l’étude dans la région, l’un d’entre eux devrait voir le jour d’ici 2021. Entre Pointe-du-Lac à Créteil et Bois-Matar à Villeneuve-Saint-Georges, un téléphérique urbain donnera de la hauteur aux déplacements. Début juillet, le Conseil du Syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF) a officiellement adopté, à l’unanimité, le projet Téléval. A l’initiative des élus locaux, ce téléphérique permettra donc de désengorger le trafic tout en donnant un avant-goût de l’avenir du transport aux chanceux qui pourront l’utiliser. Future is now. 

L’objectif numéro un de cette nouveauté est clair, net et précis : limiter les temps de trajet en évitant la saturation des axes routiers d’une part, mais aussi les obstacles naturels (type fleuves et rivières) et créés par l’Homme (chemin de fer, autoroutes,…). Et tout ça à un prix bien inférieur aux autres infrastructures. "La facilité d'insertion de ce mode de transport est le principal avantage, se félicite Stéphane Beaudet, vice-président LR de la région chargé des transports, pour Le Figaro. Il n'y a pas de tunnel à creuser par exemple. De plus, c'est également moins coûteux et plus facile et rapide à construire". 

A la ville comme à la montagne

Ce moyen de transport futuriste, coutume dans les stations de ski, s’est déjà démocratisé dans de nombreuses métropoles comme Londres, Barcelone et New-York. A la traîne, la France entend rattraper son retard. Mais l’un des projets de téléphérique urbain est sur le point d’éclore : celui de Brest qui devrait normalement faire ses premiers trajets à l’automne 2016. Mais contrairement aux installations de montagne, le téléphérique urbain doit faire face à un problème de taille : le survol des habitations de riverains. Un souci auquel Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, a pensé en présentant, début février dernier, un projet de loi visant à éviter l’expropriation de certains terrains survolés. Une bonne nouvelle pour les mécontents.

Les douze travaux du STIF

Le projet Téléval ne restera pas longtemps seul. Le STIF a d’ores et déjà lancé une douzaine d’études de faisabilité pour d’autres projets en Île-de-France, dans les Yvelines et l’Essonne notamment. "En dehors du Téléval, les autres projets sont plus à l'état d'idées. Il faut que l'on étudie au cas par cas pour voir si les projets sont pertinents ou pas", poursuit Stéphane Beaudet. Mais les têtes pensantes de la région ne veulent en aucun cas céder à l’effet de mode du téléphérique urbain. Si ce moyen de transport a tout pour être moins onéreux qu’une ligne de tramway, la tendance n’est pas toujours vérifiée. A Paris, un projet ambitionnait de relier la Gare d’Austerlitz à la Gare de Lyon en moins de 2 minutes. En dépit d’une faisabilité certaine, la mairie de la ville a été refroidie par les 20 millions d’euros nécessaires à l’installation du câble. A leur place, on hésiterait aussi. 

Source image : © lexpress.fr / francisdemoz.fr / stif.info

Récompensez ce chroniqueur par un like !
Dossier Les bolides de demain

Rejoins le projet Hellodemain et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe


Les dossiers liés

Rejoins le projet Hellodemain
et fais partager aux autres tes découvertes

Je participe